Imprimer

A la une

Mercredi 23 Novembre 2016

Villes intelligentes : la Caisse des Dépôts se positionne comme le partenaire privilégié des collectivités

Être le partenaire privilégié des collectivités locales dans le domaine de la ville intelligente, devenir un "concepteur de smart city" dans l’ensemble des territoires, telle est bien la double ambition affichée par la Caisse des Dépôts lors du premier forum sur ce sujet qu’elle a organisé le 21 novembre. L’occasion de présenter huit projets expérimentaux dans ce domaine qu’elle va soutenir financièrement et dont elle va suivre au fil des mois la cinquantaine d’innovations qui en émergeront. La Caisse publie également une étude qu’elle a réalisée avec l’appui de l’APVF (Association des petites villes de France) et l’AdCF (Assemblée des communautés de France) sous la forme d’un guide "Smart city versus Stupid village ?" mettant en avant l’intérêt du choix de l’innovation via notamment des solutions numériques pour les services urbains des petites villes, services publics de l’eau, des déchets, de l’environnement et de la prévention des risques, de l’éclairage public, de la voierie et du stationnement, ou encore l’efficacité énergétique des bâtiments.

Côté innovation, la Caisse des Dépôts a donc sélectionné huit démonstrateurs pour expérimenter de nouvelles offres : Besançon, pour son objectif de ville intelligente et collaborative (structuration d’un pôle d’excellence numérique dans un quartier "politique de la ville", mise en place de navettes autonomes, gestion intelligente des mobilités et des stationnements, etc.) ; Bordeaux Métropole, qui fait du numérique un levier de transformation et de performance (plusieurs projets pilotes dans les trois domaines de l’urbanisme, les mobilités et l’exploitation des donnés pour la création de services intelligents ; Lyon, pour l’expérimentation de projets qui participeront à l’amélioration de la qualité de l’air ; Nantes, notamment pour son soutien à l’innovation dans les modes de construction ; Nice, pour la mise en place d’outils de gestion des données pour en optimiser le partage et permettre la coproduction de nouveaux services urbains en veillant à mobiliser les usagers-citoyens ; Plaine commune, pour ses solutions smart pour faire gagner le village olympique en Seine-Saint-Denis, et la gestion intégrée d’un parc tertiaire "Porte de Paris", notamment sur la question du traitement des déchets ; Toulouse Métropole, pour son programme Smart City 2015-2020 (expérimentation de véhicules autonomes, système opérationnel de surveillance et de gestion des risques d’inondation, projets de requalification/reconstruction de logements sociaux, etc.)

Aller plus loin

Le dossier Ville intelligente/8 démonstrateurs

Le guide "Smart city versus stupid village ?"

ShareThis
Connexite Premium

Publicité