Imprimer

A la une

Vendredi 03 Janvier 2014

Vidéoprotection ou vidéo surveillance ? L'analyse de Laurent Mucchielli pour les Cahiers de la fonction publique

"Dans le débat public, la "vidéoprotection" (désormais VP) est l’objet de deux légendes, qu’il faut préalablement mettre à distance si l’on prétend réaliser une évaluation scientifique. Une légende noire est produite par les opposants de principe qui dénoncent l’arrivée de big brother, une forme de "flicage" attentant gravement aux libertés publiques ainsi qu’à la vie privée. Or, s’il est probable que certains élus sont animés par un fantasme de surveillance et de disciplinarisation de leurs concitoyens, ils semblent plutôt l’exception.

"Par ailleurs, les normes légales, techniques et déontologiques, tant nationales qu’européennes, sont strictes quant au respect de la vie privée et des libertés publiques. C’est leur effectivité qui pose parfois problème, ce qui renvoie notamment à la question de la formation des opérateurs de VP aussi bien que des policiers municipaux et des élus qui manipulent ce système. C’est donc cette effectivité qui devrait inquiéter les organisations de défense des libertés publiques, de même que les autorités préfectorales et judiciaires qui s’en soucient souvent trop peu, et enfin la CNIL qui n’a pas les moyens humains nécessaires au contrôle de dispositifs qui se créent un peu partout en France depuis quelques années."

Connexite.fr vous propose la lecture complète de cet article, en le téléchargeant en format pdf

Il vous est également possible d'obtenir, à titre gracieux, le numéro du mois de novembre 2013 des Cahiers de la fonction publique, en adressant votre demande à Guy Malherbe.

Aller plus loin : 

Laurent Mucchielli, La vidéoprotection, légendes et usages véritables, Les Cahiers de la fonction publique, n° 339, nov. 2013, pp. 39 à 43.

ShareThis
Connexite Premium

Publicité