Imprimer

A la une

Mercredi 20 Juillet 2016

Le Sénat appelle à "une réserve militaire forte et territorialisée"

Le 13 juillet, la veille de l’attentat de Nice, la commission des affaires étrangères, de la défense et des forces armées du Sénat a adopté le rapport présenté par les sénateurs Jean-Marie Bockel et Gisèle Jourda "Garde nationale : une réserve militaire forte et territorialisée pour faire face aux crises". Après un état des lieux faisant ressortir les "insuffisances actuelles de la réserve opérationnelle des armées", le rapport détaille une cinquantaine de propositions pour "réussir un redimensionnement indispensable". Il s’agit pour les sénateurs à la fois de conserver à la réserve des armées "un statut et une vocation exclusivement militaires" et de la structurer en fonction d’une "territorialisation" permettant aux armées de "retrouver une présence sur l’ensemble du territoire national".

Interrogé sur Europe 1, Jean-Marie Bockel a expliqué qu’en raison de "la menace qui vient, pas seulement des attentats, mais des risques de troubles graves, nous avons besoin, à côté du maillage déjà effectué par la gendarmerie nationale, d’une présence militaire sur le territoire" arguant de l’existence de "déserts militaires". Et d’ajouter : "Il ne s’agit pas de faire une garde nationale distincte, l’armée c’est un tout !" Quant à Gisèle Jourda, dans des propos repris par le journal La Croix, elle souligne que "la réserve est peu utilisée" alors qu’il devient nécessaire "d’alléger les effectifs de l’active et de les déployer sur d’autres fronts". C’est ainsi que sur un total de 10.000 militaires engagés dans l’opération Sentinelle, seuls 400 volontaires sous "engagement à servir dans la réserve" (ESR) sont mobilisés.

A noter, parmi les propositions avancées par le rapport :

Des préconisations générales :
- conserver à la réserve des armées un statut et une vocation militaires ;
- structurer cette réserve en fonction d’une territorialisation ;
- assurer une coordination interarmées renforcée ;
- recruter en priorité des jeunes dans la réserve opérationnelle.
Des préconisations concernant l’organisation de la réserve, dont :
- maintenir l’effort financier récemment dégagé en faveur de la réserve militaire ;
- amplifier cet effort pour accompagner la montée en puissance attendue en ce domaine.
- concevoir un maillage territorial qui ancre la réserve, et à travers elle les armées, sur l’ensemble du territoire national, notamment dans les « déserts militaires » et les secteurs identifiés comme présentant un risque de crise ou de troubles importants ;
- tirer parti, pour le recrutement de réservistes et leur emploi dans des missions de protection, de la proximité induite par cette réorganisation entre bassin de vie et lieu d’activité militaire.

Les sénateurs préconisent aussi la création d’une Inspection générale de la réserve militaire, commandée par un officier général sous l’autorité du chef d’état-major des armées ;

Aller plus loin

Accéder au rapport

 

ShareThis
Connexite Premium

Publicité