Imprimer

A la une

Mercredi 16 Mars 2016

Rendez-vous salarial dans la fonction publique : mesure limitée ou geste significatif ?

Les syndicats des fonctionnaires ont un premier rendez-vous salarial le jeudi 17 mars avec la nouvelle ministre de la Fonction publique, Annick Girardin, ce, après six ans de blocage du point d’indice à 4,63 euros, lequel sert de base au calcul des rémunérations des quelque 5 millions d’agents employés par l’Etat, les collectivités territoriales et les hôpitaux.

Si, prudente, la ministre a annoncé un geste symbolique, mais "limitée, compte tenu des contraintes budgétaires", si le ministre de l’Economie, Emmanuel Macron, a ajouté qu’il n’atteindrait cependant pas des "niveaux déraisonnables", le Premier ministre, Manuel Valls, n’a pas hésité à parler de "geste significatif" le 15 mars sur RMC.

Selon telle source gouvernementale, "la quantum n’a pas été fixé", selon telle autre, la majoration devrait être comprise entre 0,5 et 1,5 %, selon une troisième, celle-ci pourrait s’effectuer en une seule fois cette année ou en deux fois (une cette année, une début 2017). Ce ne sera pas en tout cas les 5%, 6% ou 8% revendiqués par FO comme rattrapage des six dernières années : "ce n’est pas faisable", a rétorqué Emmanuel Macron sur Europe 1.

Le Figaro souligne "l’impact lourd" représenté par une augmentation, même limitée, sur les finances publiques, chaque hausse de 1% ayant un coût de plus de 750 millions par an pour l’Etat et de 1,75 milliard pour l’ensemble des trois versants de la fonction publique. De quoi "plomber les comptes de l’Etat", selon Eric Woerth, et conforter Nicolas Sarkozy dans sa volonté de "supprimer entre 300.000 et 350.000 postes de fonctionnaires" en un quinquennat s’il était élu en 2017.

Quant aux syndicats, ils mettent en avant les pertes de pouvoir d’achat des fonctionnaires cumulées depuis plusieurs années, ce que confirment les statistiques de l’Insee montrant une baisse du salaire net des agents en 2013 (- 0,7% pour l’Etat, - 0,1% pour les collectivités territoriales, - 0,2% pour les hôpitaux publics), mais que réfute la Cour des comptes, selon laquelle "malgré le gel du point d’indice depuis 2010, les agents ont continué à bénéficier en moyenne de gains de pouvoir d’achat, principalement grâce aux avancements individuels et au dynamisme des primes et indemnités". Place aux arbitrages !

ShareThis
Connexite Premium

Publicité