Imprimer

A la une

Mardi 10 Septembre 2013

Quelles réponses apporter à la violence à l’hôpital ?

A l’occasion d’un fait divers récent, les médias et l’opinion publique se sont émus des actes de violence pouvant exister à l’hôpital soit entre patients, soit contre les soignants, en particulier dans les services d’urgence.

Afin d’assurer la sécurité des personnels, le président et le secrétaire général de la Fédération hospitalière de France ont publié un communiqué appelant le Premier ministre,  à la ministre des Affaires Sociales et de la Santé et au ministre de l’Intérieur à « prendre toutes mesures pour que la sécurité des agents soit assurée sur les sites les plus sensibles » y compris « par le renforcement des forces  de police quand cela s’avère nécessaire. »

L’Assistance publique – Hôpitaux de Marseille, dont un des sites a été le lieu de l’agression en question, a publié quant à elle une liste de trente propositions pour lutter contre la violence.

Les autres établissements hospitaliers peuvent s’inspirer librement de cette liste, pour proposer des solutions préventives à la violence.

La première solution repose sur l’organisation d’une mission dédiée à la lutte contre la violence : l’APHM mettrait ainsi en place un Comité de suivi des axes d’amélioration de la sécurité des personnels afin de définir puis d’orchestrer la mise en œuvre des mesures adéquates. Elle pourra s’appuyer sur un « responsable de la sécurité des biens et des personnes », recruté au plus vite. Par cette personne un lien serait tissé avec les services de police (municipale et nationale), et permettra le déploiement d’agents de sécurité sur certains sites.

Ce déploiement occupe une place importante dans les propositions de l’APHM. Il nécessite, comme cela est souligné, une renégociation des contrats de gardiennage, afin de les faire évoluer vers une présence plus visible et plus longue. Dans les services d’urgence, il est prévu qu’un maître-chien soit présent, et que des vigiles patrouillent dans les zones à risque pour les personnels, notamment les parkings. D’autres mesures, comme la vidéosurveillance, pourraient être développées.

Pour autant, la direction de l’APHM ne souhaite pas faire reposer l’ensemble du dispositif sur des sociétés de gardiennage privé. Elle appelle surtout à une nouvelle négociation avec les services du Ministère de l’Intérieur. L’ambition affichée est d’améliorer la réactivité des services de police, via une actualisation des mécanismes d’appel d’urgence et de la convention hôpital-police-justice qui existe depuis 2006, mais aussi par la réalisation de patrouilles nocturnes.

Des formations, et des processus de protection individuelle de certains agents exposés sont également prévus, par exemple en équipant certains personnels de dispositif d’appel individuel ou en proposant des formations spécifiques sur la problématique confessionnelle ou d’usage des patients et de leur entourage.

Dans les cas où des actes de violence ont lieu, des dispositifs d’encadrement et d’accompagnement des agents seront mis en place.

Aller plus loin :

30 mesures pour garantir la sécurité des personnels de l’AP-HM

Communiqué de presse de la FHF

 

 

ShareThis
Connexite Premium

Publicité