Imprimer

A la une

Jeudi 27 Novembre 2014

Un quart des emplois d'avenir dans les collectivités locales

Les emplois d'avenir ont toujours le vent en poupe : le projet de loi de finances prévoit de dépenser 1,21 milliards d'euros sur ce programme budgétaire en 2015. Si le chiffre semble être en diminution, cela s'explique par certaines hypothèses.

Le secteur public, pourvoyeur principal des emplois d'avenir.

La répartition des emplois d'avenir souligne l'importance du public ou du para-public. Les associations sont les plus gros recruteurs, augurant d'un cadre privé de recrutement. Ces chiffres cachent l'activité de ses associations, subventionnées voire parfois dirigées par les acteurs publics (locaux ou non). Ainsi en-est il des associations sportives ou culturelles par exemple.
Les collectivités locales emploient un quart des contrats conclus au 30 juin 2014. Ce choix est une tendance lourde, dans la mesure où ce sont 121 676 jeunes qui ont signé entre le 1er novembre 2012 et le 30 juin 2014.
Les employeurs publics, en particulier du secteur sanitaire et social, représentent 20 % des embauches sur ce type de contrat.

Une montée en puissance des employeurs privés ?

Le projet de loi prévoit un recul du montant des subventions aux emplois aidés en cela que la part d'employeurs privés devrait augmenter. En prévoyant une hausse de moitié, avec un passage de 20 % à 30 % d'emploi d'avenir dans le privé, le gouvernement fait un pari validé par le rapporteur devant l'Assemblée nationale.

Toutefois, avec une aide de l' État plus faible pour le secteur privé (35 % du SMIC) que dans le secteur public (75 %), l'incitation à embaucher pour les employeurs privés est peut-être trop légère.

ShareThis
Connexite Premium

Publicité