Imprimer

A la une

Vendredi 06 Janvier 2017

"Progression inquiétante" des démissions des enseignants stagiaires, selon un rapport du Sénat

"Les chiffres communiqués par le ministère [de l’Education nationale] au sujet des démissions d’enseignants révèlent une progression inquiétante du phénomène auprès des enseignants stagiaires, particulièrement dans le premier degré", souligne un rapport sénatorial sur le budget de l’Education nationale. D’après ces chiffres, en 2015, on compte 434 démissions pour les enseignants stagiaires du premier degré – 3,18% des recrutés, versus 1,08% en 2012 – et 371 démissions dans le second degré au cours de l’année 2015-2016 contre 120 en 2012-2013. Cette progression touche aussi les professeurs titulaires : 539 démissions dans le premier degré en 2015-2016 contre 299 en 2012-2013, 641 démissions dans les collèges et lycées en 2015-2016, contre 416 en 2012-2013.

Si, selon Jean-Claude Carle, le rapporteur, "le ministère n’a pas fourni d’explication à cette augmentation du taux de démission des enseignants stagiaires, lequel triple dans le premier degré et double dans le second", celui-ci, se fondant sur les témoignages de plusieurs syndicats,  évoque "le caractère éprouvant de l’année de stage, pendant laquelle les stagiaires doivent assurer un service d’enseignement à mi-temps, suivre leur formation et mener un travail de recherche". Il y voit également l’illustration de la dévalorisation du métier d’enseignant.

Les Echos fait état de la réaction du ministère de l’Education nationale, lequel cherche à relativiser le phénomène : "Globalement, les démissions sont toujours variables d’une année à l’autre, mais, sur la masse globale, elles restent extrêmement faibles, de l’ordre de 0,1%". Quant à la comparaison d’une année sur l’autre, il estime qu’elle "n’a pas grand sens" et qualifie même de "non-sens" le choix de la comparaison entre 2012, année avec assez peu de démissions, et 2016, année avec un peu plus de démissions".

Tout en reconnaissant que "le malaise enseignant est bien réel", le Café pédagogique relativise, lui aussi, ces chiffres. "D’abord parce que ces taux français sont extrêmement bas par rapport à ce qu’on trouve dans les autres pays". Et de citer le Royaume-Uni où, en 2011, 40% des professeurs stagiaires ont quitté le métier durant leur première année en poste (soit 10.800 enseignants) et où, selon une étude anglaise, 8% des enseignants ont démissionné en 2015 contre 6% en 2011 ("Remis à l’échelle de la France cela représenterait près de 68.000 enseignants chaque année !"). La même étude énonçant, parmi les motifs de ces départs : un excès de travail, des réformes trop fréquentes, une pression hiérarchique trop forte, une dévalorisation du métier d’enseignant.

Aller plus loin

Accéder au rapport Carle

 

ShareThis
Connexite Premium

Publicité