Imprimer

A la une

Jeudi 01 Septembre 2016

Priorité absolue à la sécurité dans les écoles à la rentrée

Ce jeudi 1er septembre a lieu la rentrée scolaire 2016-2017 des élèves. Elle a été précédée hier de la prérentrée des enseignants. Le 29 juillet, une instruction, signée par la ministre de l’Education nationale, Najat Vallaud-Belkacem, et le ministre de l’Intérieur, Bernard Cazeneuve, a été transmise aux recteurs et aux préfets pour améliorer la sécurité des écoles, celle-ci étant considérée comme une "priorité absolue", dans le contexte actuelle de menace terroriste. Les mesures présentées dans cette instruction complètent des circulaires datant de fin 2015.

En quoi consistent ces mesures ?
- les directeurs d’école devront tenir des réunions de rentrée avec les parents d’élèves pour leur exposer les mesures de sécurité prises. Ces réunions seront étendues aux élèves dans les collèges et lycées ;
- les espaces particulièrement vulnérables au sein des établissements devront être sécurisés. Ceci impliquant l’identification de travaux prioritaire à mettre en œuvre ;
- les abords des écoles devront bénéficier d’une attention particulière, la surveillance sur la voie publique devra être renforcée et tout attroupement préjudiciable à la sécurité des élèves évitée ;
- côté prévention, 3 exercices seront organisés durant l’année scolaire, dont un avant la Toussaint. L’un d’entre eux portera sur un attentat-intrusion ;
- les académies devront tester l’envoi d’une alerte par SMS aux écoles le jour de la prérentrée ;
- des cellules académiques de gestion de crise devront être opérationnelles avant la prérentrée ;
- une sensibilisation aux gestes qui sauvent de tous les élèves en classe de 3e sera engagée de même que la formation au brevet de secouriste de tous les élèves délégués.

Par ailleurs, une attention particulière sera apportée au suivi des élèves et des personnels signalés comme entrés dans un processus de radicalisation :
- les préfets informent les inspecteurs d'académie des résultats et des suites des évaluations réalisées après signalement ;
- les chefs d'établissement concernés sont eux aussi informés pour les situations les plus sensibles, afin d'examiner les conditions de scolarisation et de suivi éducatif de ces jeunes. Le même dispositif est prévu pour les personnels exerçant dans les écoles, afin de prendre les mesures appropriées les concernant.

Aller plus loin

La circulaire du 29 juillet 2016

ShareThis
Connexite Premium

Publicité