Imprimer

A la une

Jeudi 21 Juillet 2016

Prévention de la radicalisation : les élus invités à trouver des "opportunités locales"

Le 19 juillet, le Conseil national des villes (CNV) a remis trois avis à Patrick Kanner, ministre de la Ville, de la Jeunesse et des Sports, et à Hélène Geoffroy, secrétaire d’Etat en charge de la politique de la ville. Ils portent sur : l’image des quartiers dans les médias, le fonds de participation des habitants et la prévention de la (des) radicalisations. S’agissant de celle-ci, le CNV a identifié quatre axes stratégiques "incontournables" dans l’élaboration des plans d’actions locaux : l’éducation des enfants et notamment le respect de l’égalité filles-garçons ; la formation des acteurs de premier rang (travailleurs sociaux des collectivités, animateurs de clubs sportifs, éducateurs, enseignants, élus…) ; le renforcement des liens entre les parents et les enfants pour un dialogue à renouer ; l’adaptation et le renforcement de la présence sociale "sur le terrain".

L’éducation des enfants consiste, au-delà de l’apprentissage à la tolérance et au respect de l’autre dès le plus jeune âge. Cela consiste d’abord en une formation des enfants dès l’école élémentaire jusqu’au lycée (communication, langage, médias ; connaissance des religions de leurs histoires, des extrémismes identitaires) ; connaissance de la philosophie des Lumières, laïcité, liberté de conscience, liberté de culte, égalité de traitement entre tous les citoyens, neutralité de l’Etat) ; développement de l’esprit critique.

Il s’agit aussi de renforcer les liens entre les familles et l’Education nationale (avec les enseignants, mais également avec le personnel, notamment celui de la vie scolaire). Pour cela, le Conseil national préconise notamment de sensibiliser et former au repérage des radicalisations, de renforcer des dispositifs tels que le programme de réussite éducative (PRE), de former à l’égalité filles-garçons, de lutter contre la décrochage scolaire…

S’agissant des acteurs de premier rang, les élus sont invités à "trouver localement les opportunités de créer des espaces et des temps de confluence et de dialogue collectifs entre croyants et non-croyants et leurs représentants cultuels et culturels", et à "favoriser la formation des personnels aux valeurs de la République et au principe de laïcité".

Aller plus loin

L’avis du CNV sur la prévention des radicalisations

ShareThis
Connexite Premium

Publicité