Imprimer

A la une

Vendredi 21 Juin 2013

Des précisions sur la création des écoles supérieures du professorat et de l'éducation

A l’occasion d’une question posée par la sénatrice Marie-Christine Blandin, le ministre de l’Éducation nationale, Vincent Peillon, a précisé les conditions d’applications des dispositions propres aux écoles supérieures du professorat et de l’éducation (ESPE).

Prévues pour ouvrir leurs portes en septembre 2013, ces écoles conduiront à un master en enseignement, éducation et formation, comprenant tant des enseignements académiques que pratiques. Elles regrouperont ainsi des cursus d’au minimum deux ans (les deux années de master). L’année de master 2, accessible par voie de concours, sera une année en alternance entre des cours et des stages auprès des élèves : tant sur le plan académique que pédagogique, cette année sera celle de la spécialisation et de la mise en pratique.

Les ESPE ont un lien institutionnel fort avec les universités : placées en leur sein, elles permettront des échanges permanents entre les étudiants et des chercheurs en science de l’éducation. Mais elles disposeront d’un budget propre.

Bien que le projet de loi sur l’avenir de l’école soit encore en cours de d’examen par le Parlement, la sénatrice met en lumière que dans les premières maquettes de Master métiers de l'enseignement, les contenus disciplinaires risquent de "prendre le pas sur la formation pratique". Par une mauvaise mise en pratique, les conditions d'exercice de la loi ne serait plus réunies.

La réponse du ministre de l’Éducation est  nette : « Nous veillerons à ce que soient respectées les exigences du législateur pour la mise en place des ESPE, qui devront être une rupture avec les IUFM. J'ai constaté que trois groupes d'université doivent revoir leur travail. » Afin de réaliser cette mission, le ministre a rappelé l’engagement du législateur de consacrer, parmi les 6000 postes qui doivent être créés pour la rentrée 2013, un certain nombre pour assurer la décharge d’horaires nécessaire à associer des praticiens de terrains à la démarche de formation des futurs professeurs. Au total, les ESPE seront l’objet de la création de 1000 emplois.

Aller plus loin :

Question de Marie-Christine Blandin – Réponse lors des questions d’actualité du 20 juin 2013-06-21 

Projet de loi adopté avec modifications par l'assemblée nationale d'orientation et de programmation pour la refondation de l'école de la République, adopté avec modification en deuxième lecture par l’Assemblée nationale

 

 

ShareThis
Connexite Premium

Publicité