Imprimer

A la une

Jeudi 04 Juin 2015

Pour les enseignants néo-titulaires ultramarins, seule la bonification permet de rester sur le territoire !

Le Gouvernement ne modifiera pas les règles d’affectation pour les enseignants néo-titulaires des départements et des collectivités d’outre-mer. Interrogé à cet égard par le député Ary Chalus, Jean-Marc Todeschini, secrétaire d’État chargé des anciens combattants et de la mémoire a confirmé les dispositifs existants tout en donnant les chiffres en débat.

Plus qu’une question d’organisation du service, le député soulève un problème humain. Les enseignants qui viennent d’être titularisés sont soumis aux mêmes règles que leurs collègues métropolitains, ce qui peut les conduire à être muté sur le territoire européen de la France… à des milliers de kilomètres de chez eux. Cela a également des conséquences sur la qualité de l’enseignement dans les départements d’outre-mer, car, comme le relève le député, « dans la lutte contre le décrochage scolaire, les contractuels, dont certains étaient en poste depuis plus d’une dizaine d’années et les jeunes diplômés qui réussissent aux concours constituent un atout considérable : les premiers pour leur expérience déjà acquise, l’ensemble pour leur connaissance intime du territoire et de sa population. »

Contrairement à Vincent Peillon qui avait évoqué le fait de laisser ces enseignants dans leur territoire d’origine, Jean-Marc Todeschini confirme les dispositifs existants ou en cours de développement. La bonification du barème de mutation des agents dont le centre des intérêts matériels et moraux se situe dans les départements d’outre-mer est de 1 000 points lorsqu’ils feront des vœux de rang 1 pour ces départements. Elle est cumulable avec les dispositifs de bonification existants, notamment pour rapprochement de conjoint et pour les enseignants qui étaient jusqu’alors contractuels.

Le secrétaire d’État a rappelé les chiffres derrières ces dispositifs : « pour l’ensemble des départements d’outre-mer, 64 % des demandes de première affectation des enseignants néotitulaires ont été accordées, 75 % d’entre elles étant formulées par des anciens personnels contractuels. »

Aller plus loin : 

Le barème – site de l’Éducation nationale

La réponse ministérielle

ShareThis
Connexite Premium

Publicité