Imprimer

A la une

Lundi 13 Fevrier 2017

Pour en finir avec le "contrôle au faciès" : des caméras mobiles à déclenchement automatique plutôt que des récépissés

Quelque 2.600 caméras mobiles "avec déclenchement automatique" vont équiper prochainement les forces de l’ordre : 2.000 seront déployées dans la police, 600 dans la gendarmerie. Objectif : "sécuriser les contrôles d’identité". Paroles de Bruno Le Roux, ministre de l’Intérieur, ce 9 février au Sénat, dans le cadre des questions au Gouvernement, en l’occurrence en réponse à la sénatrice Eliane Assassi, s’exprimant à propos de la violente interpellation du jeune Théo à Aulnay-sous-Bois.

Celle-ci a réclamé la remise à plat des pratiques du maintien de l’ordre "en créant une véritable police de proximité" ainsi que la mise en place du récépissé "pour en finir avec le contrôle au faciès". A cette solution, qui, selon le ministre, aurait "pour effet de constituer un fichier des personnes contrôlées" par accumulation des récépissés, celui-ci préfère donc la caméra piéton, dont le déploiement vise à "apaiser les interventions et faire en sorte de rassurer les forces de sécurité". "Sommes-nous prêts demain à faire dans notre pays un fichier des personnes contrôlées dans nos quartiers ? Moi je ne m’y résous pas", a-t-il conclu, qualifiant de "chimère" la mise en œuvre du récépissé.

A partir du 1er mars, des décrets seront publiés "pour que, quand il y a contrôle d’identité, le déclenchement de la caméra piéton soit obligatoire", a confirmé Bruno Le Roux au micro d’Europe 1 le 9 février. A noter que les caméras mobiles sont déjà utilisées à titre expérimentale par les forces de l’ordre. La nouveauté, c’est que leur déclenchement sera "obligatoire" ou "automatique", et non plus effectué manuellement, à la discrétion du policier ou du gendarme. Ce qui, pour le ministre, "va apporter un niveau de sécurité supplémentaire dans les contrôles d’identité et les interventions qui se passeront dans nos quartiers".

ShareThis
Connexite Premium

Publicité