Imprimer

A la une

Mardi 09 Juin 2015

Police municipale des villes moyennes : sous le double signe de la proximité et de la vidéo-protection

Selon les résultats d’une enquête réalisée par l’association "Villes de France" auprès de 48 de ses communes et EPCI (de 15.000 à 100.000 habitants), moins d’un tiers des villes moyennes disposerait d’une police municipale équipée d’armes à feu, tandis que la vidéosurveillance se généraliserait. Dans son éditorial introductif de ce nouveau "Panorama de la police municipale" (le précédent date de 2010), Caroline Cayeux, sénateur-maire de Beauvais et présidente de l’association, souligne par ailleurs, que "dans leur très grande majorité, les [maires adhérents des] Villes de France estiment que le rôle d’une police municipale reste d’assurer en priorité une police de proximité, c’est-à-dire une police de terrain qui va au contact de la population et qui reste présente dans tous les quartiers".

Autre constat mis en avant par la sénatrice : la concomitance du développement des polices municipales (4,6 policiers municipaux pour 10.000 habitants en moyenne) avec une diminution effective de la présence sur le terrain de la police nationale ou de la gendarmerie. D’où son questionnement : "A ce phénomène de substitution des effectifs destinés à maintenir la tranquillité et l’ordre public, l’Etat ne serait-il pas tenté d’amorcer un transfert des missions lui incombant, c’est-à-dire de remunicipaliser la sécurité publique ?"

Sa réponse : "Les maires des Villes de France restent […] toujours très réservés à l’idée que leur police municipale devienne une force supplétive de la police ou de la gendarmerie nationale, même si un nombre toujours plus significatif de villes estime souhaitable de se voir transférer de nouvelles missions de moindre importance."

Parmi les enseignements à noter :
- des effectifs en croissance : l’effectif moyen du service de police municipale et des effectifs rattachés est de 30,8 agents (versus 28 en 2010) ;
- une part du budget de plus en plus importante dédiée à la vidéo-protection : 75.000 euros en moyenne de budget de fonctionnement (hors personnel) ; le budget total (charges de personnel incluses) pouvant s’établir à moins de 100.000 euros et dépasser le million d’euros (ce, pour les communes employant plus de 70 policiers municipaux) ; la moyenne annuelle des investissements liés à la vidéo-protection est de l’ordre de 300.000 euros (plus des deux-tiers des dépenses d’équipement consacrés à la sécurité et à la prévention de la délinquance) ;
- vers une professionnalisation de l’organisation des moyens, se traduisant notamment par : la disposition d’une brigade cycliste (VTT) dans 73 % des communes, d’une brigade canine (13 %), d’une brigade équestre (10 %)

Aller plus loin

Panorama de la police municipale des Villes de France

ShareThis
Connexite Premium

Publicité