Imprimer

A la une

Lundi 04 Juillet 2016

Plan France Très Haut Débit : un partenariat sur la formation entre l’Etat, la FIRIP et l’ARF

A l’occasion de la troisième conférence annuelle du Plan France Très Haut Débit, l’Etat, via le ministre de l’Economie, de l’Industrie et du Numérique, Emmanuel Macron, et la secrétaire d’Etat chargée du numérique, Axelle Lemaire, la Fédération des industries des réseaux d’initiative publique (FIRIP), via son président, Etienne Dugas, et l’Association des Régions de France (ARF), via son président, Philippe Richert, ont signé une convention dont l’objectif central est la formation, d’ici 5 ans, de 40.000 personnes pour la mise en œuvre du plan France Très Haut Débit.

Lancé au printemps 2013, ce plan, qui bénéficie de plus de 3 milliards d’euros de subvention de l’Etat, vise à couvrir l’intégralité du territoire en dix ans. Au final, l’ensemble des logements, entreprises et administrations se verront proposer un accès à Internet. Ce qui implique une forte mobilisation des opérateurs dans le déploiement de nouveaux réseaux, fixes comme mobiles, comme celle de l’ensemble des collectivités, pour obtenir une couverture complète du territoire en très haut débit d’ici 2022.

Ce sont au total quelque 20 milliards d’euros qui seront investis en dix ans, partagés entre les opérateurs privés, les collectivités territoriales et l’Etat, le plan prévoyant une complémentarité entre les déploiements privés et publics. C’est ainsi que les opérateurs privés assureront le déploiement des réseaux privés de fibre optique jusqu’à l’abonné dans les grandes agglomérations et chefs-lieux de départements, tandis que les collectivités territoriales assureront celui des réseaux publics en dehors des grandes agglomérations.

L’investissement des seules collectivités territoriales s’élève à quelque 14 milliards d’euros, leur action concernant 45% de la population. Les réseaux publics sont financés par des subventions publiques, dont plus de trois milliards de l’Etat, et des investissements privés.

Quant aux besoins en formation et emploi dans la filière d’ici 5 ans, ils étaient encore estimés à 30.000 en avril dernier par l’Observatoire des RIP 2016. Ils ont donc été depuis revus à la hausse pour atteindre 40.000, répartis entre les zones d’initiative publique et privée : 13.000 créations de poste et 27.000 reconversions.

ShareThis
Connexite Premium

Publicité