Imprimer

A la une

Mercredi 27 Avril 2016

Le département du Nord lance huit plateformes de l’emploi et de l’insertion professionnelle

Après le lancement, en janvier, de la plateforme téléphonique de Proch’emploi par la Région Nord-Pas-de-Calais-Picardie, rebaptisée depuis Hauts-de-France et présidée par Xavier Bertrand, le département du Nord met en place huit plateformes de l’emploi et de l’insertion professionnelle à destination des allocataires du RSA (revenu de solidarité active). La première, celle de Lille Métropole, a été installée le 19 avril, suivie de celles de Dunkerque et d’Hazebrouck le 20 avril, de Roubaix-Tourcoing le 25, de Valenciennes et Cambrai le 27. La huitième étant programmée le 29.

Avec Proch’emploi, il s’agit de mettre en relation employeurs et demandeurs d’emploi, en réponse au constat que "de nombreuses offres d’emploi ne sont pas pourvues alors que dans le même temps des demandeurs d’emploi (387.000 chômeurs dans la région) ont du mal à trouver un emploi dans des secteurs qui pourtant recrutent". Ce que Xavier traduit par cette formule : "Il manque un maillon entre les employeurs et les demandeurs d’emploi, la Région a un rôle important à jouer". Le principe du dispositif est simple : les demandeurs d’emploi contactent un numéro vert (0800 02 60 80) et précisent dans quels secteurs ils recherchent un emploi, leur formation, leurs parcours. Puis, dans un délai de 15 jours maximum, ils sont recontactés pour un rendez-vous et des propositions de solutions adaptées, telles que la mise en relation avec des entreprises ou un financement de formation. Un dispositif sur mesure en quelque sorte, qui a reçu quelque 6.100 appels depuis son lancement, mais dont les résultats sont, semble-t-il, plutôt mitigés, selon les témoignages recueillis par La Voix du Nord : "Nos demandeurs confirment qu’ils n’ont pas été recontactés par Proch’emploi après leur rendez-vous, on sait que d’autres l’ont été". Ce à quoi le président de région répond : "Je sais qu’il y aura des mécontents, mais je préfère prendre ce risque plutôt que ne rien faire. S’il n’y avait qu’une seule personne que j’aide vraiment à retrouver un emploi, ça vaut le coup. Mais je pense qu’il y en aura plus."

Quant aux plateformes mises en place par le département, elles sont destinées à faciliter l’accès à l’emploi, "dans un premier temps", est-il précisé, des allocataires du RSA qui en sont le moins éloignés, soit environ un tiers de ceux-ci (le nombre total de foyers allocataires dans le département étant de 150.055 foyers, dont 102.000 allocataires du RSA socle). L’objectif est, là aussi, de mettre en relation les acteurs de l’insertion, du monde économique (chambres consulaires, Medef, CGPME, Pôle emploi…) et les personnes en recherche d’emploi. Le but étant, selon Jean-René Lecerf, président du Conseil départemental, de "contribuer à la baisse du nombre d’allocataires et de limiter le nombre d’entrées dans le dispositif RSA, en mobilisant dans tous les territoires, un maximum d’acteurs du monde économique et du secteur social".

ShareThis
Connexite Premium

Publicité