Imprimer

A la une

Mardi 09 Fevrier 2016

Une mission pour s’attaquer à la moyenne de 8,5 % de vacance commerciale en centre-ville

Le 5 février, Sylvia Pinel, ministre du Logement, et Martine Pinville, secrétaire d’Etat chargée du Commerce, lançaient une mission pour "revitaliser les commerces en centre-ville". Des propositions devraient être faites d’ici l’été.

"Les centres-villes des communes rurales (moins de 25.000 habitants) et des villes moyennes (moins de 100.000 habitants) sont confrontés à la désindustrialisation, au départ de certains services publics et à la paupérisation d’une partie de leur population", constatent les deux ministres dans leur lettre de mission à la cheffe du service de l’Inspection générale des finances et à la vice-présidente du conseil général de l’environnement et du développement durable. Ce phénomène s’accompagne souvent d’une diminution de l’offre commerciale, "dégradant la qualité du cadre de vie" des habitants. Ainsi, le taux moyen de vacance commerciale atteint 8,5 % en 2014.

La lettre rappelle qu’une première réponse a été la création du "contrat de revitalisation artisanale et commerciale", via la loi "Artisanat, commerce et très petites entreprises" du 18 juin 2014.

Quant à la mission, elle devra, en premier lieu, "identifier les causes de ce mouvement de dévitalisation commerciale", même si certaines apparaissent déjà : croissance du commerce en périphérie, financiarisation du commerce, croissance des carrés commerciaux, croissance de la population péri-urbaine, logiques commerciales déconnectées du marché local, perte de l’attractivité résidentielle des centres, accessibilité insuffisante des centres villes aux véhicules, évolution des comportements des consommateurs (numérique…)… Consigne est donc donnée à la mission d’intégrer les facteurs relatifs à l’urbanisme, la fiscalité ou les pratiques de consommation.

Il est aussi demandé à la mission d’examiner, dans un deuxième temps, "l’efficacité des outils disponibles pour dynamiser les territoires" et de "formuler, dans une démarche prospective, toutes propositions visant à renforcer les moyens pour anticiper les risques de friches commerciales, de dévitalisation des centres villes, et pour leur revitalisation". Une action pour renverser la tendance qui devra impliquer l’Etat, les collectivités territoriales et les commerçants.

La mission devra remettre sa copie d’ici le 1er juin prochain.

Aller plus loin

La lettre de mission

ShareThis
Connexite Premium

Publicité