Imprimer

A la une

Mardi 22 Decembre 2015

Les maires ruraux réclament 10 "mesures chocs" pour leurs territoires

L’association des maires ruraux de France (AMRF), présidé par Vanik Berbérian, publie une adresse au président de la République dans laquelle elle réclame "10 mesures chocs pour répondre aux besoins urgents des habitants et des territoires ruraux".

A l’origine de cette interpellation : "les événements remarquables" liés aux élections régionales, à savoir "une abstention très importante et une situation politique inédite", ce qui traduit, selon l’AMRF une "incapacité de l’ensemble des partis politiques, aujourd’hui à bout de souffle, à entendre le peuple".

Or, "le développement de notre pays […] devra passer par celui des territoires ruraux". Ce que les maires ruraux présentent comme "une rupture avec le modèle aujourd’hui déployé qui vise à prioriser le développement des villes", lequel représente une véritable "impasse économique, sociale et désormais politique".

D’où une série de préconisations "sous forme d’électrochoc collectif" mise en avant par l’AMRF, pour que "les populations rurales retrouvent une raison d’espérer dans la République" et l’exigence d’une "révolution douce mais immédiate au bénéfice des territoires ruraux" autour de trois sujets : la commune ("cellule de base de la citoyenneté"), le service public (dans le cadre plus général de l’aménagement du territoire) et la ruralité ("dans un pays qui accueille de plus en plus de ruraux", soit quelque 30% de Français).

Les 10 mesures chocs attendues par l’association concernent donc tout à la fois l’emploi, la fracture numérique, la couverture téléphonique, la mobilité, la présence de services publics, le développement et le retour de commerces de proximité, l’école… :

1. Mobiliser dès janvier 2016 un contingent de plusieurs milliers de médecins pour couvrir en médecine générale les territoires les plus démunis ;
2. Enjoindre les opérateurs de téléphonie à couvrir dès 2016 l’ensemble du territoire ;
3. Amplifier et accélérer l’effort financier au profit du très haut débit ;
4. Obliger les opérateurs à s’engager immédiatement dans le financement du fonds
« Maisons de services publics » ;
5. Travailler à un partenariat jeunes et communes pour favoriser l’implication professionnelle et sociale de jeunes dans la vie communale rurale ;
6. Modifier avant son adoption finale le projet de loi de finances 2016 pour revenir à la position initiale, sur les dotations aux collectivités, avec l’instauration immédiate de l’égalité des citoyens où qu’ils vivent ;
7. Stopper d’urgence l’action de l’Education nationale visant à programmer la poursuite des fermetures d’écoles rurales ;
8. Stopper la fuite en avant vers des intercommunalités sans réalité politique ni géographique en instaurant un moratoire immédiat sur les nouveaux schémas intercommunaux de coopérations intercommunales subis et non volontaires ;
9. Modifier les règles de représentativité pour assurer la représentation des habitants et des communes rurales dans le renouvellement des conseils communautaires (accords locaux).
10. L’instauration d’un véritable statut de l’élu rural et de l’engagement citoyen en milieu rural.

Aller plus loin

L’adresse de l’AMRF au président de la République

ShareThis
Connexite Premium

Publicité