Imprimer

A la une

Jeudi 16 Juin 2016

Lyon: une ambition forte de s’affirmer comme une Smart City de référence

EDF et la métropole lyonnaise intelligente, des partenariats public-privé ambitieux

La mise en place d’une stratégie “Lyon Smart City” a véritablement démarré il y a une dizaine d’années avec des partenariats public-privé entre autorités locales et grandes entreprises françaises. D’ailleurs, EDF était déjà de la partie puisque l’éléctricien avait choisi Lyon pour tester ses compteurs “intelligent” Linky. Cette coopération s’est ensuite inscrite dans la durée et ne semble pas prête de s’arrêter: les élus lyonnais et EDF viennent de s’accorder sur un nouveau partenariat pour renforcer un peu plus la dimension de “smart agglomération” pour la période 2016-2020.

Ce partenariat repose notamment sur plusieurs initiatives:
• “le concours Énergie intelligente EDF”: concours qui vise à encourager, générer et distribuer les innovations technologiques dans les domaines du numérique et de l’énergie (déjà 4 éditions),
• “un programme d'identification et d'accompagnement de startups dans le domaine de l'énergie”,
• “la participation de l'électricien au living lab TUBA”: le Tube à Essai d’Expérimentations Urbaines ou TUBA est un lieu vitrine pour tous les nouveaux services innovants susceptibles de faciliter la vie des Lyonnais et des visiteurs,
• “la plateforme collaborative Smart Electric Lyon” (une expérimentation pour tester les smart grids),
• “le Nouvel Institut Franco-Chinois pour lequel EDF participera cette année à hauteur de 50.000 euros”.

En résumé le président de la métropole de Lyon, Gérard Collomb, voit cette alliance avec EDF comme une formidable opportunité de "favoriser l'essor de nouveaux services en matière de gestion énergétique et d’accompagner la transition énergétique de la Métropole".

Les bâtiments intelligents, un chantier mis en avant par les autorités locales lyonnaises

Avec ce partenariat EDF, la métropole de Lyon n’en est pas à son coup d’essai en matière de développement Smart City. En effet, la ville a permis la construction de l’éco-quartier de la Confluence avec des immeubles intelligents qui sont beaucoup moins consommateurs d’énergie. Une autre formidable réalisation urbaine est le projet Hikari, un groupement d’immeubles à “énergie positive” co-construit avec l’Agence pour les Energies renouvelables du Japon (ou Nedo), qui génère de l’électricité. Sa création d’énergie est même suffisante pour alimenter de vieux immeubles voisins et les systèmes de voitures électriques en auto-partage du quartier.

Dans ces immeubles révolutionnaires, les habitants ont une visibilité totale sur leur propre consommation d’énergie grâce à des tablettes connectées aux appareils ménagers et à toute source de dépense d’énergie dans leur logement.

Bien qu’intégralement privé, le chantier du Parc Olympique Lyonnais, ou Grand Stade de Lyon, est aussi une très belle vitrine pour la Smart City lyonnaise. Dans un article publié sur connexite.fr, on apprend que le Parc OL “s’est affirmé comme le premier stade de football connecté de France lors de son inauguration en janvier dernier. A l’entrée, vous pouvez accéder aux tribunes grâce à votre e-ticket : finie l’impression des billets. L’enceinte est aussi équipée de 4G et de Wifi très haut débit permettant aux supporters d’utiliser l’application mobile gratuite du stade pour visionner des vidéos du match presque en simultané (ralentis et replays), pour éplucher un grand nombre de statistiques en direct (tacles réussis, cartons et composition d’équipe) et pour payer à la buvette directement avec leurs smartphones. D’ailleurs, vous pourrez bientôt effectuer la commande via l’application et attendre tranquillement assis que votre boisson vous soit livrée directement à votre siège. Face à l’intérêt que suscite l’exemple lyonnais, d’autres stades français devraient à leur tour se tourner vers la numérisation de leur infrastructure”.

Smart City or not Smart City? That’s not the question, la réponse est évidente pour la métropole Lyonnaise

Ce n’est pas un hasard si Lyon a été choisi pour accueillir la remise des prix Le Monde - Smart Cities le vendredi 20 mai dernier. Lors de cette cérémonie, qui rassemblait des personnalités étrangères dont Saskia Sassen, la théoricienne du concept de “villes globales”, c’est même une startup Lyonnaise, ForCity, qui a remporté le “Grand Prix Le Monde - Atelier BNP Paribas”. “ForCity offre aux entreprises et aux villes des services d'aide à la décision fondés sur une technologie de modélisation de systèmes complexes et de représentation en 3D des territoires. ForCity met les données et la technologie au service des décisions qui engagent l'avenir, plutôt qu'au service de l'instantané; au service de l'efficacité durable, de la coopération et de la résilience”.

A l’occasion de cette remise de prix, Gérard Collomb, sénateur-maire et président de la Métropôle de Lyon, affichait clairement ses ambitions: “dans le cas de la ville de Lyon, nous essayons de créer un écosystème proche de celui de la Silicon Valley avec une proximité entre universitaires, chercheurs et entrepreneurs. Nous croyons fermement à la nécessité d’essaimage de startups. Car, il faut le rappeler, Lyon possède l’une des French Tech les plus développées avec énormément de jeunes de 20 à 30 ans qui créent leur startup” (entretien avec L’Atelier BNP-Paribas). S’il est communément dangereux pour sa propre crédibilité de se comparer au cocktail unique de la Silicon Valley, s’en inspirer peut être une superbe idée. Et à l’aune des différentes réalisations qui transforment de plus en plus profondément la métropole Lyonnaise, on peut dire que cette ville se donne les moyens de ses ambitions, et lie les actes à la parole.

 

ShareThis
Connexite Premium

Publicité