Imprimer

A la une

Vendredi 28 Octobre 2016

Lutte contre la radicalisation : les collectivités territoriales en première ligne

Les premières rencontres nationales dédiées à la prévention de la radicalisation se sont tenues le 24 octobre. Elles ont réuni les services de l’Etat et les collectivités territoriales, en présence de Bernard Cazeneuve, ministre de l’Intérieur, et de Patrick Kanner, ministre de la Ville, de la Jeunesse et des Sports. Le Premier ministre, Manuel Valls, qui a clôturé les échanges, a appelé les représentants de l’Etat, les élus, les universitaires et les acteurs du monde associatif à la mobilisation générale.

Il a estimé qu’il faudra au moins doubler les capacités de prise en charge des personnes radicalisées d’ici à 2017 et annoncé que "plus de 100 M€ seront consacrés, sur trois ans, à la lutte contre la radicalisation". Rappelons que l’Etat soutient financièrement les actions menées par les collectivités territoriales en ce sens via le Fonds interministériel de prévention de la délinquance (FIPD), abondé de 40 M€ en mai 2016.

Ces premières rencontres ont été l’occasion de donner aux acteurs de terrain des outils de compréhension du phénomène de radicalisation et d’identifier les actions de prévention à développer, y compris sur Internet. L’objectif du Gouvernement y a été réaffirmé : "encourager la mise en œuvre de mesures permettant localement, dans une logique partenariale, de mieux détecter et prendre en charge les personnes radicalisées et leurs familles."

De nombreux outils pour prévenir ou enrayer les processus de radicalisation ont été créés. Ils permettent un dialogue permanant entre les autorités, les acteurs locaux et la société civile. En voici quelques exemples :
- l’ouverture d’une plateforme téléphonique nationale dédiée aux familles, qui permet la signalisation d’un proche (N° vert : 0 800 005 696)
- la création d’un fichier de suivi des individus radicalisés, le Fichier des signalements pour la prévention de la radicalisation terroriste ou FSPRT ;
- l’élaboration d’une grille d’indicateurs de radicalisation violente, utilisable par tous les acteurs de terrain ;
- l’ouverture d’un site Internet dédié à la prévention et à la lutte contre la propagande djihadiste (Stop-djihadisme.gouv.fr).
- la création d’équipes mobiles d’intervention ;
- l’ouverture, en septembre dernier, du premier centre de prévention, d’insertion et de citoyenneté, localisé en Indre-et-Loire.

Autre affirmation martelée : "Pour être efficace, l’appui sur les acteurs locaux est déterminant." C’est ainsi qu’un partenariat a été engagé avec les départements et qu'une convention-cadre a été signée avec les maires en mai dernier.

Aller plus loin

A propos de la convention-cadre entre l’Etat et les maires

Stop-djihadisme.gouv.fr

Plan d'action contre la radicalisation et le terrorisme (dossier de presse)

ShareThis
Connexite Premium

Publicité