Imprimer

A la une

Mardi 12 Juillet 2016

L’innovation ouverte : acteurs publics, grandes entreprises et startups… unis pour le développement économique

Le salon Viva Technology et l’Alliance pour l’Innovation Ouverte

 Le 30 juin dernier, Paris accueillait le salon Viva Technology rassemblant notamment plus de 200 participants pour réfléchir sur les moyens de favoriser l’innovation ouverte entre grands groupes et startups. En présence d'Axelle Lemaire, secrétaire d'Etat chargée du Numérique, l’Alliance pour l’Innovation Ouverte a présenté ses travaux de recherche et de proposition pour les soumettre au débat.  Créée il y a environ 6 mois, l’Alliance pour l’Innovation Ouverte a pour objectif de promouvoir l’innovation ouverte (open innovation) en fédérant une communauté autour de ce principe. Son postulat est qu’une collaboration entre une entreprise (grande entreprise, ETI ou PME) et une start-up, sous différentes formes (co développement, investissement en capital, achat de produits innovants, etc.) serait bénéfique pour les deux partis

 Désireuse de partager ses vues, l’Alliance a publié un guide pratique de l’innovation ouverte d’une cinquantaine de pages articulé autour de 4 grands axes :
1) - Réussir sa première collaboration : bien définir le point de départ de la collaboration et les critères du produit ou de la preuve du concept attendu, avoir une personne qui fait le lien entre la grande entreprise et l’équipe de la startup, mutualiser les forces et ressources entre les deux partis, définir une stratégie stricte, claire et transparente sur la propriété intellectuelle.
2)  - S’associer pour un développement commun : établir une relation de confiance en définissant un projet commun qui fait sens pour les deux partis, choisir avec soin et concertation les modalités du partenariat (prise de capital par la grande entreprise, investissement direct, acquisition, etc.), avoir des discussions ouvertes sur la stratégie et en aborder tous les aspects (même les aspects négatifs ou clivants, et même si c’est pour les écarter).
3)  -  Se projeter ensemble à l’international : mettre en commun les ressources, contacts et réseaux à l’étranger, partager ses informations sur les différents marchés, les grandes entreprises peuvent aussi former et accompagner les startups vers de nouveaux horizons et les aider à identifier quels sont les marchés les plus prometteurs pour leurs produits ou services.
4)  - S’ouvrir aux ecosystemes : avoir pour objectif la mutualisation des opérations de sourcing et une approche plus territoriale et en réseau de la collaboration avec une startup.


Ce guide veut s’adresser aussi bien aux startups qu’aux entreprises de toutes tailles et aux institutionnels et pouvoirs publics pour aiguiller tous les acteurs ayant la volonté de s’engager dans l’innovation ouverte. Plusieurs des partenaires de l’Alliance ont d’ailleurs aussi lancé des mesures dans ce sens, comme la Banque Publique d’Investissement (BPI) et ses "prêts de soutien à l’innovation ouverte pour les startups" ou encore l’Institut national de la propriété industrielle (INPI) et sa bourse de brevets pour que les startups exploitent "les brevets non-utilisés par les grands groupes".

Dépasser la vision purement utilitariste et directe de l’innovation ouverte entre les grands groupes et les startups

 Lorsque l’on interroge des créateurs de startups et des managers de grands groupes, on comprend que la vision prédominante de la relation startup-grande entreprise est un lien économique direct.

Ainsi les grandes entreprises voient les startups :
- comme prestataires : recrutement d’une startup pour travailler sur une problématique précise. Par exemple le nouveau partenariat entre le NUMA (incubateur de startups à Paris) et la SNCF ou France Telecom ;
- comme prototypes sur son marché : le circuit de décision des grandes entreprises étant bien plus long et leur appétence au risque bien plus limitée, elles attendent souvent de voir comment de jeunes startups se débrouillent quitte à les racheter plus tard… les startups leur ouvrent la porte en quelques sortes ;
- comme facteurs d’innovation : beaucoup de grandes entreprises ont une vision assez idéaliste des startups qu’ils voient comme forcément innovantes et en avance sur elles.

De l’autre côté, les startups voient les grandes entreprises :
- comme partenaire et soutien financier : signer son premier contrat avec une grande entreprise permet de respirer ou décoller pour une startup ;
- comme moyen et fin : beaucoup de startups n’ont pas de business model viables et le rachat par une grande entreprise est leur unique chance et opportunité de survie ;

Si la plupart de ces éléments sont très pertinents, le bénéfice n’est pas uniquement économique mais aussi humain. En effet les effectifs de startups sont très souvent jeunes (comparativement aux entreprises plus matures) et ont donc beaucoup à apprendre de leurs ainés. Pour les employés des grandes entreprises, être en contact (même succinctement) avec des membres de la scène startup est à la fois une inspiration, une fierté de participer (même de loin) a un développement entrepreneurial et un sentiment de fraicheur qui peut les redynamiser sur leur propre travail. Ces observations ouvrent encore plus le champ de l’innovation ouverte, puisqu’elles impliquent que le lien économique ne doit pas forcement être direct (entreprise et startups évoluant dans des marchés différents par exemple).

L’Open Innovation est un formidable levier de croissance

Selon une étude du cabinet PAC (cabinet européen de référence dans l'accompagnement au développement des sociétés de service numériques et des éditeurs de logiciel), le marché de l’open source représentait en France 4.1 milliards d’euros et devrait atteindre les 6 milliards en 2020. En effet, en plus de tous les éléments cités précédemment, l’innovation ouverte permet une amélioration des produits et services (grâce à la contribution de la communauté), permet aux entreprises engagées de renforcer leur image de marque en démontrant une philosophie innovante et une proximité avec la communauté.  Ainsi, tous les acteurs ont beaucoup à gagner dans l’innovation ouverte et c’est sans surprise que nous verrons de plus en plus d’initiatives dans ce sens dans les semaines qui viennent.

Aller plus loin

Le guide pratique de l'innovation ouverte

ShareThis
Connexite Premium

Publicité