Imprimer

A la une

Vendredi 17 Octobre 2014

Formation des agents territoriaux : c’est mieux pour les catégories C, moins bien pour les autres

Un rapport de l’inspection générale de l’administration (IGA), remis en juillet à la ministre chargée de la fonction publique, Marylise Lebranchu, mais publié seulement aujourd’hui, dresse un bilan de la loi du 19 février 2007 en matière de formation, notamment sous la forme d’un état des lieux des actions de formation des agents par catégorie. Il en ressort un panorama qualifié de "contrasté" par les auteurs du rapport eux-mêmes, et le constat d’une baisse globale du nombre de jours de formation par agent depuis 2007.

Si l’effort financier a augmenté régulièrement, le rapport note que les agents de catégories A et B se forment moins (- 40% en 2011 par rapport à 2007), notamment en début de carrière, du fait de la diminution des obligations de formation initiale, alors que l’accès à la formation de la catégorie C s’est amélioré, grâce au contraire à l’obligation d’une formation d’intégration. C’est d’ailleurs la seule catégorie pour laquelle le nombre de jours de formation par agent est (légèrement) supérieur en 2011 par rapport à 2007.

Parmi les pistes d’amélioration des dispositifs actuels identifiées par l’IGA, à noter : l’amélioration des plans de formation, de l’entretien annuel, l’augmentation de la formation en début de carrière des catégories A et B, la réorientation du DIF (droit individuel à la formation).

Au total, le rapport publie dix recommandations clés :

1. Prévoir dans le prochain décret relatif à l’entretien d’évaluation annuel généralisé en 2015 une dimension formation renforcée et une application aux non-titulaires.
2. Augmenter les obligations de formation en début de carrière pour les catégories A et B et les stages pratiques.
3. Etudier une obligation de formation pour les non-titulaires, en commençant par les agents en CDI.
4. Modifier la loi du 12 juillet 1984 pour étendre le champ d’application du DIF aux bilans de compétences et à la VAE (validation des acquis de l’expérience) et supprimer l’obligation d’inscription au plan de formation des formations demandées au titre du DIF. Préciser par circulaire aux collectivités que le DIF peut accompagner la mobilité professionnelle.
5. Mutualiser les fonds dédiés à la formation personnelle par le Centre national de la fonction publique territoriale (CNFPT), soit en affectant un très faible pourcentage de la cotisation actuelle soit en créant une cotisation dédiée.
6. Charger la direction générale de l’administration et de la fonction publique (DGAFP) de coordonner le développement de la formation à distance dans les réseaux de formation des trois fonctions publiques.
7. Créer une position de reconversion professionnelle pour les agents en reclassement et adapter l’offre du CNFPT pour ces agents.
8. Développer les conventions entre les préfectures de région (plate-forme RH), les délégations régionales du CNFPT et de l’ Association nationale pour la formation permanente du personnel hospitalier (ANFH) pour construire des catalogues régionaux de formations inter-fonctions publiques par échanges de places dans les stages.
9. Recourir aux écoles de l’Etat pour la formation des cadres techniques territoriaux.
10. Utiliser le levier de la formation, notamment un dispositif de réorientation professionnelle, pour contribuer au volet ressources humaines des réformes territoriales à venir.

Aller plus loin

Accéder au rapport
 

ShareThis
Connexite Premium

Publicité