Imprimer

A la une

Lundi 27 Juin 2016

En dix ans l’aide sociale départementale aux personnes handicapées a presque doublé

Depuis 1983, les conseils départementaux (ex-conseils généraux) sont en charge de l’aide sociale aux personnes handicapées, à l’exception de quelques prestations qui restent du ressort de l’Etat L’aide sociale départementale est essentiellement constituée de l’aide sociale à l’hébergement des adultes handicapés (ASH) – hors maisons d’accueil spécialisé (MAS) –, de l’allocation compensatrice pour tierce personne (ACTP), de la prestation de compensation du handicap (PCH) et de l’aide-ménagère.

Entre 2004 et 2013, le nombre de mesures d’aide sociale départementale aux personnes handicapées a augmenté de 80 %, passant de 250.000 à 451.000. Quant aux dépenses, elles sont passées de 3,8 milliards d’euros en 2004 à 7,3 milliards d’euros en 2013. Selon la direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques (Drees) des ministères sociaux, qui publie une étude sur ce sujet, deux raisons expliquent ces augmentations : l’introduction de la prestation de compensation du handicap (PCH) en 2006 et le fait que les dépenses d’accueil en établissement restent très dynamiques.

Autre indication : la part des bénéficiaires pris en charge par l’aide sociale dans la population est passée, quant à elle, de 4 personnes aidées pour 1.000 habitants en 2004 à 6,9 pour 1.000 en 2013. Leur profil ? L’étude note globalement un rapport de genre équilibré pour l’aide à domicile, mais un écart au profit des femmes pour l’aide sociale à l’hébergement, même s’il est moins marqué en 2013 (57% de femmes) qu’en 2004 (62%). S’agissant de l’âge, la part des 55 ans et plus est passée de 27% à 39% pour l’aide à domicile, hors ACTP et PCH, et de 12% à 26% pour l’aide sociale à l’hébergement. L’étude relève enfin certaines évolutions dues à la substitution progressive de la PCH à l’ACTP : il n’existe plus de jeunes bénéficiaires de cette dernière, alors que l’ouverture de la première aux enfants a permis d’augmenter les effectifs les plus jeunes (13% de moins de 25 ans). Au total, 38% des bénéficiaires de la PCH en 2013 ont 55 ans ou plus.

Aller plus loin

L’étude de la Drees

ShareThis
Connexite Premium

Publicité