Imprimer

A la une

Mercredi 29 Avril 2015

Les emplois dans la fonction publique d’ici 2022 : moins de catégories B et C, plus de catégorie A

Selon le rapport "Les métiers en 2022", remis le 28 avril par France Stratégie au ministre du Travail, de l’Emploi, de la Formation professionnelle et du Dialogue social, François Rebsamen, "le nombre d’emplois dans les métiers administratifs de la fonction publique, l’armée et la police […] devrait se replier à l’horizon 2022, en grande partie en raison des contraintes budgétaires entraînant le non-remplacement partiel des départs à la retraite".

Cette diminution concernerait principalement les catégories B et C, les militaires, les policiers et les pompiers, alors que les cadres (catégorie A) seraient plus nombreux, avec une progression de + 0,8 % en moyenne par an. Précision du rapport : "Cette projection s’inscrit dans la poursuite de l’élévation des qualifications et des statuts au sein des personnels administratifs de la fonction publique, liée notamment au développement des fonctions d’expertise, de régulation, de conception et de pilotage et aux actions de promotions internes dans la fonction publique de l’Etat.".

Autre type d’explication, s’agissant cette fois la diminution des postes d’employés ou de professions intermédiaires (catégories B et C) : près d’un départ sur cinq ne serait pas remplacés et les métiers les moins qualifiés subiraient davantage les effets  des gains de productivité réalisés grâce aux technologies numériques (dont la poursuite de la diffusion de l’échange informatisé des données).

Parmi les métiers de la fonction publique pour lesquels un fort recrutement est à prévoir, à noter : les enseignants, en raison des départs massifs à la retraite ; les aides-soignants, les infirmiers, les sages-femmes, du fait du développement du service à la personne lié, entre autres, au vieilliessement de la population.

Plus généralement, que ce soit dans le secteur public ou le secteur privé, le rapport fait apparaître plutôt une progression, voire une "forte progression", pour les "métiers très qualifiés, principalement les métiers de cadres", au détriment des ouvriers et des "employés qualifiés".

Au total, France Stratégie évalue à 753.000 le nombre d’emplois à pourvoir chaque année entre 2012 et 2022, en raison essentiellement aux nombreux départs à la retraite des baby-boomers, et estime le nombre des créations d’emplois dans une fourchette comprise entre 115.000 et 212.000. Quant au domaine qui englobe la fonction publique et les professions juridiques, ce sont 529.000 postes qui seraient à pourvoir durant cette même période, ce qui représenterait 2,5 % des effectifs dudit domaine, "soit une proportion inférieure à celle estimée pour l’ensemble des métiers". Et d’ajouter : "Compte tenu des destructions d’emplois envisagées (83.000 postes, avec un recul des effectifs en moyenne de 0,4 % par an), un départ en fin de carrière sur sept ne serait pas remplacé sur la période."


Aller plus loin

Le rapport "Les métiers en 2022"

ShareThis
Connexite Premium

Publicité