Imprimer

A la une

Mercredi 12 Decembre 2012

Education nationale : lancement de la campagne de recrutement "Ambition enseigner"

Le 10 décembre dernier était lancée la campagne de recrutement des enseignants, avec pour slogan : "Ambition enseigner". Objectif : recruter plus de 40.000 professeurs pour les rentrées 2013 et 2014. Au total ce sont 60.000 emplois qui seront créés dans l’Éducation nationale sur l’ensemble du quinquennat Hollande, ce qui se traduira, compte tenu des départs à la retraite, par plus de 140.000 recrutements. Deux tiers des nouveaux postes d’enseignants bénéficieront au premier degré, un tiers au second degré.

En outre, une nouvelle formation est mise en œuvre, à la fois à l’université au sein des écoles supérieures du professorat et de l’éducation (ESPE), qui ouvriront à la rentrée 2013, et dans le cadre de stages au contact des élèves.

Les concours 2013 et 2014

Au total, 22.100 postes sont ouverts aux concours externes 2013, versus 16.000 en 2012, selon la répartition suivante :
- premier degré :
o 9 000 postes ouverts aux concours pour le public
o 1.000 postes ouverts aux concours pour le privé
- second degré :
o 11.000 postes ouverts aux concours pour le public
o 1.100 postes ouverts aux concours pour le privé

En 2014, il est prévu de recruter 21.350 enseignants, selon la répartition suivante :
- premier degré :
o 8.500 postes ouverts aux concours pour le public
o 900 postes ouverts aux concours pour le privé
- second degré :
o 10 750 postes ouverts aux concours pour le public
o 1.200 postes ouverts aux concours pour le privé


Les ESPE : écoles supérieures du professorat et de l’éducation

Une nouvelle formation initiale est mise en place, qui sera rémunérée et se déroulera à la fois au sein de l’université, dans les futures écoles supérieures du professorat et de l’éducation (ESPE), et sur le terrain, dans le cadre de stages au contact des élèves.

Opérationnelles dès la rentrée 2013, les ESPE délivreront des Masters enseignement, éducation, formation pédagogique (MEEF), à l’issue de deux années d’études post-licence comportant différents modules d’enseignement ainsi qu’une ouverture sur l’international et la recherche.

Première mission des ESPE : former les futurs enseignants, ce via des enseignements à vocation professionnelle et s’articulant autour de quatre composantes principales : des enseignements disciplinaires ; un tronc commun avec approche générale de la pédagogie, de la didactique et enseignements relatifs à la vie de l’établissement (travail en équipe, relations avec la communauté éducative, gestion de crise), etc. ; une spécialisation en fonction du métier choisi par l’étudiant, plus particulièrement au cours de l’année de Master 2 ; des enseignements orientés vers la pratique professionnelle, principalement pendant l’année de Master 2, avec séances de familiarisation aux situations et activités de classe et nombreux stages en établissements scolaires (stages d’observation puis de pratique accompagnée et enfin stages en responsabilité).


Les emplois d’avenir professeur

Le dispositif "emplois d’avenir professeur" s’adresse aux étudiants boursiers à partir de la deuxième année de licence. Il concernera, d’ici 2015, 18 000 jeunes se destinant à une carrière d’enseignant, dont 4.000 seront recrutés dès janvier 2013.

En contrepartie de l’engagement à se présenter aux concours de l’enseignement organisés par l’État, ils se verront offrir un parcours de professionnalisation, ainsi qu’une aide financière leur permettant de continuer leurs études, qui prendra la forme de nouvelles bourses de service public, dont le montant viendra s’ajouter à la rémunération des heures de mission d’appui éducatif effectuées dans une école ou un établissement scolaire et aux bourses sur critères sociaux.


Huit Français sur dix ont une image positive du métier d’enseignant

Un récent sondage CSA/ministère de l’Éducation nationale* fait apparaître que 81 % des Français ont une image positive du métier d’enseignant (dont 19 % en ayant une image "très positive"). Ils ne sont que 18 % à affirmer l’inverse.

Un jugement qui se retrouve dans la perception du métier d’enseignant : 87 % des Français pensent qu’ils "aiment leur métier", 80 % qu’ils "exercent un métier exigeant", 82 % qu’ils "s’investissent dans leur travail", 79 % qu’ils "font un travail valorisant sur le plan personnel", 77 % qu’ils "méritent une plus grande reconnaissance sociale », 74 % qu’ils « s’engagent personnellement pour la réussite de leurs élèves".

Les Français considèrent également que le métier d’enseignant offre des perspectives : 78 % affirment que c’est un métier "qui a de l’avenir", 43 % le pensant même "tout à fait".

Enfin, trois quarts des Français (76 %) déclarent qu’ils seraient fiers que "leur enfant devienne enseignant".

*Sondage réalisé par téléphone les 21 et 22 novembre 2012. Échantillon national représentatif de 1 007 personnes âgées de 18 ans et plus, constitué d’après la méthode des quotas.

Aller plus loin

La campagne sur le site du ministère


ShareThis
Connexite Premium

Publicité