Imprimer

A la une

Mardi 27 Septembre 2016

Ecosystème numérique: startups et autorités locales françaises ouvrent la porte aux acteurs d’autres grands pays

Acteurs publics comme privés sur notre territoire s’accordent sur la nécessité d’aider l’écosystème numérique français à se développer. Le constat est limpide: les startups et leurs offres innovantes sont à la fois un gage et une condition de prospérité future pour l’économie de notre pays. Ainsi les initiatives publiques sont nombreuses (création et dynamisme de la BPI, ouverture des données publiques aux acteurs privés, installation du French Tech Ticket, organisation de tables rondes avant-gardistes sur les sujets de pointe comme la Blockchain...) et s’ajoutent aux nombreux projets d’origine privée (création de l’Ecole 42 par Xavier Niel, mise en route du projet pharaonique d’incubateur de la Halle-Freyssinet, augmentation des investissements de Business Angels et de fonds de capital-risque dans l’hexagone, etc.). Ce cocktail privé-public fait progressivement ses preuves comme l’illustre l’émergence de licornes françaises (par exemple Sigfox, Criteo et BlaBlaCar), la forte présence des startups françaises dans les grands événements internationaux et les récompenses qu’elles obtiennent (au CES de Las Vegas par exemple) et plus généralement le retournement de l’opinion internationale qui ne voit plus la France comme un pays hostile pour la création et le développement de startups globales. Ce nouveau regard des autres grandes puissances ouvre la porte à un nouveau type de partenariats : voici venu le temps des coopérations internationales tech.

Digital In-Pulse: un programme pour un accès au marché chinois

Au début du mois, trois startups françaises étaient rassemblées à Bordeaux en présence du maire de la ville, Alain Juppé, pour recevoir leur prix d’innovation dans le cadre du Digital In-Pulse. Ce programme créé en 2014 par Huawei France, en partenariat avec l’écosystème gouvernemental French Tech, a pour vocation de soutenir des startups dans la création de leur produit ou service innovant, puis d’accompagner leur stratégie de développement à l’international, et particulièrement en Chine. Les vainqueurs de cette édition bordelaise sont :
• GreenMe : cette entreprise propose un objet connecté qui mesure individuellement et de manière continue près de dix paramètres relatifs au confort et à la santé sur le lieu de travail (qualité de l’éclairage, niveaux de bruit, renouvellement de l’air, etc.).
• Cogniteev : spécialiste du Big Data, cette société propose notamment OnCrawl, un logiciel permettant aux acteurs du e-commerce de détecter les erreurs sur leurs sites web.
• Qucit: cette startup propose des applications mobiles qui analysent les données de mobilité urbaine en temps réel (embouteillage, disponibilité aux bornes de véhicules partagés, etc.).

Avec ces trois nouveaux venus, ce concours compte désormais 17 lauréats qui bénéficient d’un soutien financier (50.000 euros pour le vainqueur, 20 000 euros pour le second et 10.000 euros pour le troisième), d’un voyage d’affaires en Chine (co-organisé avec Business France et BPI France), d’un suivi personnalisé par les équipes de Huawei en France et en Chine, et de nouveaux contacts d'affaires au sein de l'écosystème technologique chinois.

Digital In-Pulse illustre une véritable volonté d’échange, un objectif de diplomatie économique puisque ce programme compte renforcer la coopération entre les startups françaises et leurs homologues de Shenzen (une métropole côtière du sud de la Chine où le mastodonte Huawei a son siège social). Les sujets clefs sur lesquels Huawei souhaite échanger sont principalement le Big Data, les technologies intelligentes (smart tech) et les objets connectés… sans surprise tant l’entreprise suit fondamentalement les axes de développement de la stratégie d’innovation numérique prônée par le Gouvernement de Pékin dans le cadre de sa présidence du G20. Ce dynamisme de la firme chinoise en France semble ravir tout le monde: les startups françaises reçoivent un soutien de poids, les autorités locales se félicitent de ces belles opportunités, et Huawei rend sa marque de plus en plus visible sur le marché français. L’opération séduction est donc bien en marche comme nous le sentons dans les mots de William Liu, le directeur d’Huawei France qui s’exprimait à Bordeaux: “nous contribuerons, à la moindre occasion, à développer l'économie de la France. La France doit être fière de son écosystème d’innovation et de son niveau de talent et d’éducation. FrenchTech n’est pas uniquement un label, une étiquette, mais c’est aussi une énergie sur laquelle la France doit compter”. En tout cas, nous pouvons admettre que l’entreprise chinoise ne s’est pas contentée de belles paroles, puisqu’en plus de ce programme Digital In-Pulse, Huawei a dépensé près de 540 millions d’euros auprès de groupes industriels français depuis 2013 et a choisi notre territoire pour ouvrir son deuxième centre de recherches en mathématiques dans le monde en juin dernier.

Big Booster : un programme d’échange de startups entre Lyon et Boston aux Etats-Unis

De plus, la semaine dernière a vu la clôture de la période de candidature pour participer au programme d’accélération Big Booster Lyon-Boston. Organisé par la Fondation pour l’université de Lyon, Big Booster réunira du 8 au 10 Novembre à Lyon une centaine de startups qui bénéficieront de séminaires et cours intensifs avant de tester et valider leur proposition de valeur, leur stratégie et leur pitch devant un jury composé d’experts. A l’issue de ces trois jours, 20 startups seront retenues et invitées pour trois autres jours intensifs à Boston, en février 2017, pour découvrir l'écosystème entrepreneurial local et les pratiques commerciales américaines. C’est en fait la deuxième édition de ce programme international d’accélération qui s’est construit sur les bases de relations déjà très actives entre Lyon et Boston en matière de coopération économique: dès janvier 2014, de nombreuses rencontres entre des responsables Etats-Unis, Chine… la France serait-elle devenue la partenaire idéale en matière d’innovation ?

ShareThis
Connexite Premium

Publicité