Imprimer

A la une

Lundi 16 Janvier 2017

Desserte des territoires : nouveau départ pour les intercités

Fin décembre 2016, une nouvelle convention pour l’exploitation des trains d’équilibre du territoire (TET), plus connus sous le nom d’intercités, était signée entre l’Etat et SNCF Mobilités, composante de la Société nationale chargée de l’exploitation des trains. Conclue pour la période 2016-2020, elle prévoit notamment la contribution financière de l’Etat sur cette période de 1,668 Mds€, permettant ainsi de couvrir le déficit des TET. Le 12 janvier, Alain Vidalies, secrétaire d’Etat chargé des Transports, présentait un bilan de la réforme de ces lignes, deux ans après le constat qu’elles ne répondaient plus aux attentes des voyageurs, et suite à une série d’accords conclus ces dernières semaines avec les régions, celles-ci reprenant 18 des 24 lignes d’ici 2020, les 6 autres restant sous l’autorité de l’Etat. A noter également que lce dernier s’engage à investir 3,5 Md€ pour renouveler complètement les trains d’ici 2025.

Pour le secrétaire d’Etat, "il n’était question d’abandonner les TET, qui sont une composante essentielle de la desserte de nombreux territoires". Il s’agit donc de redessiner un nouvel avenir pour ces trains, "avec une offre renouvelée, mieux adaptée aux attentes des voyageurs". C’est ainsi qu’a été dessinée une nouvelle carte de l’offre TET de jour, avec les 6 lignes restées sous la seule autorité de l’Etat (trois lignes de longue distance, qualifiés de "structurantes à l’échelle du territoire national" : Paris-Orléans-Limoges-Toulouse, Paris-Clermont-Ferrand et Bordeaux-Toulouse-Marseille + trois autres lignes, "compte tenu de leurs spécificités au titre de l’aménagement du territoire" : Nantes-Bordeaux, Toulouse-Hendaye et Nantes-Lyon) et les 18 lignes reprises par les régions.

S’agissant des trains de nuit, du fait notamment d’une baisse de fréquentation de 25% depuis 2011, deux lignes "d’aménagement du territoire" sont maintenues, "en l’absence d’une offre alternative suffisante pour les territoires concernés". Il s’agit de Paris-Briançon et de Paris-Rodez/Latour de Carol, à raison d’un aller-retour quotidien.


Aller plus loin

Le dossier de presse

Un nouvel avenir pour les TET (vidéos secrétaire d'Etat)

ShareThis
Connexite Premium

Publicité