Imprimer

A la une

Mercredi 30 Janvier 2013

Demain grève des fonctionnaires : Marylise Lebranchu "comprend l’impatience des agents… mais ne peut ignorer les contraintes budgétaires"

Ni "choquée", ni "surprise", la ministre de la Fonction publique, Marylise Lebranchu,  a déclaré "comprendre l’impatience des agents" qui participeront à la journée de mobilisation de demain. à l’occasion, hier, de ses vœux à la presse. Elle a ajouté cependant que : "nul ne peut ignorer les contraintes budgétaires".

Parmi les points de mécontentement des agents des trois fonctions publiques (de l’Etat, territoriale et hospitalière) qui seront en grève et manifesteront : le gel des salaires pour la quatrième année consécutive, la journée de carence non indemnisée en cas d’arrêt maladie, les suppressions d’emplois en dehors des secteurs prioritaires (Education nationale, sécurité, justice), les conditions de travail en général…

Sur ces différents points, la ministre a apporté hier, sans surprise, ses réponses, lesquelles ne sont pas de nature à remettre en question la journée d’action de demain : pas d’augmentation générale des salaires en 2013, même si une réunion consacrée aux rémunérations est prévue entre la ministre et les syndicats le 7 février prochain (certains commentateurs évoquent cependant l’éventualité d’une hausse de l’ordre de 0,5% du point d’indice… en cas de reprise de la croissance) ; quant à l’amélioration des conditions de travail, elle a indiqué que "des mesures pouvaient être prises", comme la formation professionnelle, les passerelles entre fonctions publiques et l’égalité femmes-hommes.

A noter également cette annonce de la ministre concernant la rémunération à la performance, dispositif qu’elle considère comme "pas adapté à la fonction publique" : "je vais revenir dessus", a-t-elle déclaré.

ShareThis
Connexite Premium

Publicité