Imprimer

A la une

Lundi 18 Mars 2013

Le décret sur les délais de paiement sera publié prochainement

 

La direction des affaires juridiques du ministère de l’économie et des finances annonce un pas en avant pour le projet de décret relatif aux retards de paiement. Présenté lors de cette semaine aux contreseings ministériels, la publication est prévue très prochainement, c'est-à-dire début avril au plus tard.

Le décret sur les retards des délais de paiement constitue le volet « commande publique » de la directive 2011/7/UE concernant la lutte contre le retard de paiement dans les transactions commerciales.

L’article 4 de la directive, intitulé « Transactions entre entreprises et pouvoirs publics », prévoit un délai de 30 jours à compter de la date de réception de la facture par le débiteur ou jusqu’à soixante jours pour les entreprises publiques et les établissements de santé.

Le projet de décret présentera les mêmes délais, et prévoit également le versement d’intérêts moratoires à un taux ancré sur le taux de la banque centrale européenne  majoré de huit points. La dernière modification opérée par la banque centrale de Francfort avait porté le taux à 0.75%. Avec un taux d’intérêt moratoire fixé à presque 9%, et de toute façon supérieur au taux d’intérêt prévu jusqu’ici par le Code des marchés publics, le décret institue un mécanisme protecteur pour les contractants des personnes publiques.

Au taux d’intérêt moratoire sera ajoutée une indemnité forfaitaire de 40 euros, couvrant les frais de recouvrement.

Dans la pratique, ces nouveaux délais de paiement feront peser une menace sur l’Etat et mes régions, qui payent dans des délais légèrement supérieurs à trente jours selon le rapport 2012 de l’observatoire des délais de paiement. Les deux régions qui ont le plus de mal à payer dans les temps le font dans un délai moyen de 54 jours, ce qui ouvrira droit à un montant d'indemnité non négligeable avec le nouveau décret, et les forcera sans doute à y remédier. 

Pour les départements et les communes, quelle que soit leur taille, les délais sont d’ors et déjà respectés en moyenne.

Pour les établissements publics de santé, et en particulier les plus importants d’entre eux, le délai de paiement est en moyenne de 40 jours, ce qui justifie un ajustement des délais de paiement, comme cela est permis par la directive.

Déjà rassurés par la pratique des acheteurs publics, leurs co-contractants ne peuvent qu’être comblés par la parution d’un décret qui sécurise encore plus leur position !

Aller plus loin :

La fiche explicative de la direction des affaires juridiques sur le projet de décret

Le rapport annuel de l’observatoire des délais de paiement

 

ShareThis
Connexite Premium

Publicité