Imprimer

A la une

Mercredi 09 Novembre 2016

Confirmation de la fragilité financière des petites villes

La troisième édition de l’étude "Regard financier sur les petites villes", publiée par la Banque postale et l’Association des petites villes de France (APVF), confirme la fragilité financière de celles-ci, au vu des principales moyennes pour 2015, même si certains chiffres peuvent apparaître encourageants. Principale inquiétude de l’APVF : la baisse importante des investissements (-15% en 2015, après -16,8% en 2014).

Parmi les chiffres qualifiés jugés "encourageants" :
- une très légère progression des recettes courantes (+1,5%) malgré la forte baisse des dotations de -4,4% ;
- une stabilisation des dépenses de fonctionnement (+0,7%) avec un ralentissement notable des dépenses de personnel (+1,6% en 2015, contre +4,6% en 2014) ;
- la baisse, pour la deuxième année consécutive, des charges à caractère générale (-1,6%).

Cette étude confirme la fragilité financière des petites villes qui s’illustre notamment par la faiblesse des marges fiscales et par le niveau élevé de charges contraintes. C’est ainsi qu’en matière de fiscalité, 37% des petites villes n’ont aucune marge fiscale et 37% ont seulement une marge fiscale réduite. De plus, les petites villes à charges contraintes ou moyennement contraintes représentent plus des deux tiers de la strate.

Rappelons que les petites villes en France sont au nombre de 3.145, avec une population comprise entre 3.000 et 20.000 habitants

Aller plus loin

Lire la mise à jour novembre 2016

ShareThis
Connexite Premium

Publicité