Imprimer

A la une

Mercredi 14 Novembre 2012

Conférence de presse à l'Elysée : faire mieux en dépensant moins grâce à la réforme de l'Etat et des collectivités territoriales

"Est-ce qu’on vit mieux avec 57 % de produit intérieur brut (PIB) de dépenses publiques alors que c’était 52 % il y a cinq ans ?" Question du président de la République, François Hollande, hier, lors de la première conférence de presse de son quinquennat. Réponse du chef de l’Etat lui-même, crise économique et montée du chômage obligent : "Nous devons être capables de faire mieux en dépensant moins », ce qui suppose, selon lui, d’engager « la réforme de l’Etat, de la protection sociale et de notre organisation territoriale".

Une réforme d’autant plus nécessaire qu’il s’agit de trouver 60 milliards d’euros d’économies (50 milliards d’euros prévus dans un premier temps auxquels il faut ajouter les 10 milliards supplémentaires à réaliser dans le cadre du pacte de compétitivité). Car l’enjeu est bien là : parvenir à l’incontournable assainissement des finances publiques, et pour cela, François Hollande entend "se tourner vers les économies budgétaires et non plus vers les prélèvements", ce qui, selon lui, sera possible "grâce aux efforts menés en 2012 et engagés en 2013".

En outre, grâce à cet effort d’assainissement des finances publiques, grâce à l’engagement du président de la République à réduire le déficit public à 3 % du PIB fin 2013, celui-ci constate que "notre crédibilité est aujourd’hui assurée, les taux d’intérêt sur notre dette publique sont parmi les plus bas de notre histoire".

Par ailleurs, et comme en écho à l’appel du maire de Sevran et gréviste de la faim, Stéphane Gatignon, pour un meilleur "partage des richesses" via notamment une augmentation substantielle de la dotation de solidarité urbaine (DSU), le chef de l’Etat a promis plus de solidarité urbaine : "Il y a des villes riches qui doivent participer au développement des villes plus pauvres", a-t-il affirmé, précisant que des décisions seront prises : "augmenter la DSU de 50% (…) et mettre en place des fonds de solidarité, disons de péréquation, avec un levier beaucoup plus important". Autre rappel à ce propos : les cent communes les plus pauvres devraient bénéficier d’une dotation de développement urbain (DDU) de 75 millions d’euros (au lieu de 50 millions).

Aller plus loin

Visionner la conférence de presse (sur le site de l'Elysée)

 

 

ShareThis
Connexite Premium

Publicité