Imprimer

A la une

Lundi 08 Avril 2013

Les citoyens contre la collectivité unique d'Alsace

La participation et le résultat sont sans appel : les citoyens ne veulent pas d'un changement institutionnel.

Avec à peine un tiers des électeurs qui se sont déplacés aux urnes, le référendum lui-même a frôlé la mort à la naissance. Pendant toute la journée, les commentateurs ont signalé que le seuil de 25% des inscrits, nécessaire à la validité de l'opération, pouvait ne pas être atteint. 

La réussite relative de l'opération référendaire ne cache pas l'échec de la consultation.

Le faible engouement des citoyens pour la question de l'unification de deux départements avec une région laisse à penser que soit la nouvelle décentralisation est éloignée des citoyens en étant trop technocratique, soit la mutualisation des services qui était visée fait penser à un recul du service public. 

La décision de rejet par les citoyens n'infirme pas ces deux possibilités, voire même les confirme tant le rejet est important (57,65% de non).

Peut-être la décision des "nonistes" a-t-elle été influencée par les remous de la politique nationale, aussi bien la crise économique et politique que nous connaissons, mais ne pas se déplacer aux urnes ou se déplacer pour voter non témoignent du peu d'intérêt qu'emporte la réforme des institutions territoriales. 

Le recul de la réforme de la décentralisation, qui se concentre désormais sur les métropoles, signale que le refus des citoyens était prévisible, et qu'ils sont entendus par les gouvernants.

ShareThis
Connexite Premium

Publicité