Imprimer

A la une

Lundi 15 Juin 2015

La Cité de l’objet connecté,un ambitieux projet angevin

Vendredi  12 juin 2015, la ville d’Angers a inauguré sa Cité de l’objet connecté. Ce lieu unique en son genre, issu du plan de ré industrialisation de la France lancé en 2013, incarne parfaitement  les ambitions de la French Tech. 

Pour comprendre l’importance de l’établissement d’un tel projet, rappelons ce qu’est la French Tech.  En trois mots : l’écosystème des start-up françaises. Son but,  valoriser et promouvoir ces dernières à l’étranger. Soutenu par l’État, ce label créé fin 2013 devrait optimiser la valeur économique et l’emploi. En d’autres termes, en encourageant les innovations faites sur le territoire français, la French Tech favorisera la croissance des jeunes entreprises locales. 

Quel sera alors le rôle d’Angers, et plus particulièrement de sa Cité de l’objet connecté ?

16 000 m2 à disposition  (dont seulement 3 000 seront  utilisés au début), 3 pôles : espace de co-working , espace de bureaux, espace dédié à l’innovation industrielle , 17 actionnaires portés par Paul Raguin , patron du groupe électronique Eolane , et Eric Careel , PDG de Withings , des ingénieurs, des experts, des chefs de projet qui seront là pour répondre au mieux aux besoins des start-up…  S’ajoute à cela  le soutien financier de l’État (1.5 millions d’euros), de la région (1.5 millions d’euros) et de la ville d’Angers qui loue les bâtiments. Tous ces moyens sont à disposition de la COC afin qu’elle réponde aux mieux aux enjeux qu’elle s’est fixée : « […] faire en sorte que l’on soit capable de produire plus près de chez nous », plutôt qu’en Chine ou ailleurs, ainsi que le déclarait Eric Carreel.

300 euros de loyer par mois, c’est avec ce prix que « l’accélérateur industriel » angevin vise à attirer à lui tous les porteurs de projets d'“objets intelligents" souhaitant mener à bien le prototypage de leurs produits. Avant d'accéder éventuellement à son industrialisation sur place pour des premières ou moyennes séries.

Les espérances de la COC sont, d’après les professionnels des objets connectés, de « permettre à la ville de développer des objets connectés, de nouveaux projets qui  lui donneront l’opportunité de créer des entreprises et de devenir une smart-city. L’objectif, c’est que les entreprises angevines puissent profiter de cet effet. 170 projets d’ici 2019 sont prévus, même si cela reste […] une estimation. » 

Si le succès de cet ambitieux projet est au rendez-vous, 400 à 500 emplois devraient  apparaître sur la région d’ici 5 ans. Toutefois l’enjeu international est bien présent. Les objets connectés, développés au sein de la COC, attireront en effet les investisseurs étrangers tout en revalorisant les entreprises françaises.

Pour aller plus loin :

 

 

ShareThis
Connexite Premium

Publicité