Imprimer

A la une

Jeudi 05 Juin 2014

Benoît Hamon veut rendre l’éducation prioritaire plus juste et plus efficace

Rendre plus juste et plus efficace l’éducation prioritaire, telle doit être l’ambition de sa refondation, celle-ci étant "au service de l’égalité réelle d’accès aux apprentissages et à la réussite scolaire", souligne le ministre de l’Education nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, Benoît Hamon, dans une circulaire, datée du 4 juin, adressée aux rectrices et recteurs d’académie et aux inspectrices et inspecteurs d’académie-directrices et directeurs académiques des services de l’Education nationale. Trois axes de travail y sont identifiés : mettre les apprentissages des élèves au cœur de l’éducation prioritaire ; accompagner, reconnaître et former les personnels ; piloter l’éducation prioritaire. Le tout décliné en six priorités et quatorze mesures, détaillées dans la circulaire.

S’agissant de l’apprentissage des élèves, trois priorités  : "garantir l’acquisition du "lire, écrire, parler" et enseigner plus explicitement les compétences que l’école requiert pour assurer la maîtrise du socle commun ; conforter une école bienveillante et exigeante ; mettre en place une école qui coopère utilement avec les parents et les partenaires pour la réussite scolaire".

Concernant l’accompagnement, la reconnaissance et la formation des personnels, deux priorités : "favoriser le travail collectif de l’équipe éducative, accueillir, accompagner, soutenir et former les personnels".

Quant au pilotage de l’éducation prioritaire, il s’agit de le renforcer en même temps que l’animation des réseaux.

Concrètement, le ministre souhaite que ces objectifs se traduisent par "une réduction à moins de 10% des écarts entre les élèves scolarisés en éducation prioritaire et ceux scolarisés hors éducation prioritaire dans la maîtrise des compétences de base en français et en mathématiques sans que les résultats globaux ne baissent".

Pour ce faire, Benoît Hamon annonce la disparition des dispositifs Eclair (écoles collèges lycées pour l'ambition, l'innovation et la réussite) et RRS (réseaux de réussite scolaire) au profit, dès la rentrée 2015, des Rep (réseaux d'éducation prioritaire), lesquels "regroupent les collèges et les écoles rencontrant des difficultés sociales plus significatives que celles des collèges et écoles situés hors éducation prioritaire". A un deuxième niveau d’intervention, les Rep+ "concernent les quartiers ou les secteurs isolés qui connaissent les plus grandes concentrations de difficultés sur le territoire".

Parmi les outils de cette refondation, à noter : le référentiel pour l’éducation prioritaire, annexé à la circulaire, qui constitue un ensemble de préconisations, prenant en compte "les nombreux facteurs qui participent à la réussite scolaire de tous les élèves", et qui "sera un point d’appui important pour l’autoévaluation qui précédera l’écriture des projets de réseaux au cours de l’année scolaire 2014-2015". Ce référentiel sera lui-même complété par des fiches repères présentant des actions mises en œuvre dans des réseaux d’éducation prioritaire, des départements et des académies. Ces fiches seront notamment disponibles sur le site Internet pour l’éducation prioritaire (http://www.educationprioritaire.education.fr/)

Au final, l’objectif est bien d’enrayer le recul de la mixité sociale, laquelle a d'ores et déjà disparu dans de nombreux établissements scolaires, de réduire les écarts de résultats qui se sont accrus entre les élèves des écoles et des collèges qui concentrent le plus de difficultés et les autres, de gommer au maximum le déterminisme social qui lie la performance scolaire des élèves au niveau socio-économique des familles, déterminisme qui n’a "jamais été aussi fort en France" et qui est le plus élevé des pays de l’OCDE, bref de parer au choc des écarts et d’alléger le poids des inégalités, voire d’"inverser la courbe", de procéder à un "retournement", pour reprendre des formules chères au président de la République.

Aller plus loin

La circulaire n° 2014-077 du 4-6-2014

L’actualité connexite.fr du 4 décembre 2013 « PISA et le système éducatif français : le choc des écarts, le poids des inégalités

ShareThis
Connexite Premium

Publicité