Imprimer

A la une

Jeudi 16 Juillet 2015

L’avenir des trains Intercités inquiète les régions

 "La feuille de route présentée par le Gouvernement sur l’avenir des trains d’équilibre du territoire (TET) préjuge d’importantes baisses de l’offre Intercités sur l’ensemble du territoire", s’alarme l’Association des régions de France (ARF). Soulignant le caractère essentiel de ces lignes, "pour garantir le droit à la mobilité dans le cadre d’une politique d’aménagement du territoire, en complément des TGV et des TER", l’ARF estime que "cela impose que le Parlement se saisisse de ce débat".

Selon l’association d’élus, l’avenir des lignes Intercités tel qu’il a été présenté par le Gouvernement "repose sur une approche exclusivement comptable et financière qui se traduira par l’abandon de nombreuses dessertes de villes françaises". Plus de la moitié des lignes sont menacées, avait-elle déjà alerté le 20 mai, à quelques jours de la remise du rapport de la commission sur l’avenir des TET, tout en rappelant que ceux-ci représentent plus de 40 lignes assurant la desserte ferroviaire de 355 villes et 21 régions.

Premier sujet d’inquiétude : alors que la commission sur l’avenir des TET avait évalué entre 3,5 et 4 milliards d’euros l’effort d’investissement pour assurer l’offre actuelle, le budget alloué au renouvellement des lignes jugées "structurantes" n’est que de 1,5 milliard d’euros. Ce qui confirme la crainte de l’ARF de réductions très forte de l’offre TET.

Or, s’inquiète également l’ARF, l’on ne connaît pas à ce jour les conditions dans lesquelles les régions pourraient prendre la relève et avec quelles compensations financières. Parmi les solutions possibles, évoquées par l’ARF et l’association "Villes de France" : la concession de lignes du service public ferroviaire à d’autres opérateurs que la SNCF, y compris du secteur privé. Quant aux régions, « elles sont prêtes à prendre en charge le transfert de dessertes d’intérêt général "à condition d’obtenir une compensation financière adéquate de l’Etat" selon la formule employée par Jacques Auxiette, président de la région des Pays de la Loire et de la commission infrastructures et transports de l’ARF. "Mais la définition des principes de compensation financière en matière de charges d’exploitation et d’investissement est un prérequis indispensable à toute discussion", avait alors précisé l’association.

Aller plus loin

La feuille de route du Gouvernement

ShareThis
Connexite Premium

Publicité