Imprimer

A la une

Mardi 07 Mai 2013

Un an déjà : "L’année qui vient doit être celle des résultats"

Après le rappel, hier, des soixante propositions du candidat François Hollande sur le site Internet du Gouvernement, celui-ci publie un livre numérique interactif intitulé Un an d’actions en France, qui détaille les grandes étapes de douze mois de travail gouvernemental sous la direction de Jean-Marc Ayrault. Celui-ci et l’ensemble de ses ministres étaient, par ailleurs, réunis, hier matin, autour du président de la République, un an, jour pour jour, après son élection. L’heure d’un premier bilan, bien sûr, présenté comme une année de "redressement de notre pays", celle des efforts, en quelque sorte, mais aussi l'heure d’un nouvel engagement prononcé par le chef de l’Etat, sous la forme d'un impératif adressé au Gouvernement : "L’année qui vient doit être celle des résultats".

Le chef de l’Etat a rappelé les "quatre choix majeurs" faits par l’exécutif : le sérieux budgétaire, le pacte de compétitivité, la maîtrise de la finance, la réforme du marché du travail. Puis il a définit trois priorités sur lesquelles le Gouvernement doit se concentrer pour l’année qui vient : "la bataille pour l’emploi", avec l’objectif réitéré d’inverser la courbe du chômage à la fin de l’année ; "la jeunesse", avec notamment la mise en œuvre de la refondation de l’école et le développement de la formation ; la "préparation de l’avenir", avec la présentation prochaine d’un plan d’investissement pour les dix ans à venir concernant, entre autres, le numérique, la transition énergétique, la santé, les grandes infrastructures, les nouvelles technologies, mais aussi la mise en œuvre de réformes de l’Etat et de "l’ensemble des niveaux d’administrations publiques", celle de notre système de formation professionnelle, ainsi que celle des retraites… Bref, après le "nécessaire redressement de la France", voici venu le temps des résultats, "je dis bien des résultats", a martelé le président, "sur le chômage, sur le logement, sur l’école, mais aussi le retour à la croissance, sur la maîtrise de la dépense et donc sur le niveau des prélèvements". Le tout sur fond de transparence de la vie politique et d’exemplarité quant à l’indépendance de la justice et à l’égalité entre les citoyens. A charge pour le Gouvernement, de "se concentrer sur les priorités" fixées par le Chef de l’Etat, son devoir impérieux étant de "réussir".

C’est par un discours sur la méthode que lui a répondu le premier ministre, laquelle associe à la fois dialogue, rapidité d’exécution et créativité. Jean-Marc Ayrault s’est engagé, à son tour, sur le sérieux budgétaire "tout en refusant l’austérité". S’agissant de la bataille pour l’emploi, il a parlé de "mobilisation", notamment celle des collectivités locales, via la réforme de décentralisation qui confortera les régions dans leur  rôle d’aide aux entreprises et de formation professionnelle. Il a également rappelé les prochains rendez-vous de la rénovation de la vie publique, dont : l’examen par le Parlement, "dans les semaines à venir", du projet de loi sur la transparence, l’interdiction du cumul de mandat de parlementaire avec une fonction exécutive locale, la réforme du Conseil supérieur de la magistrature.

Au final un discours qui reprend, en quelque sorte, une véritable professiion de foi, sous la forme de trois impératifs mis en avant par le Gouvernement dans son livre bilan : "Ne vivons plus au-dessus de nos moyens", " Redevenons un pays compétitif et créateur d’emplois", "Retrouvons l’égalité, l’âme de la France". Rendez-vous dans un an.

Aller plus loin

Le discours du président de la République

Le discours du Premier ministre

Le livre numérique "Un an d’actions en France"

ShareThis
Connexite Premium

Publicité