Imprimer

A la une

Lundi 23 Novembre 2015

Les services de l'AP-HP après les attentats : « très fiers de ce que nous avons pu faire ensemble »

L’administration a tenu le choc. Face aux attentats sans précédent qui ont touchés Paris et Saint-Denis le 13 novembre dernier, ainsi que l’assaut des forces de l’ordre le 18 novembre, la fonction publique d’État et la fonction publique hospitalière ont été mobilisées comme rarement. L’Assistance publique – Hôpitaux de Paris a donné la parole aux agents qui ont organisé la réponse médicale aux attentats, dans une série d’entretiens. 

Le professeur Pierre Carli explique ainsi que cet « évènement d’ampleur majeur […] a nécessité une mobilisation exceptionnelle […] : les hôpitaux (personnels et matériels), l’ensemble des gens qui en permettent le fonctionnement au quotidien, y compris les personnels administratifs, tout le monde était à son poste. Cette mobilisation exceptionnelle nous a permis non seulement de faire face à l’évènement mais de garder sur plusieurs sites de faire face à d’autres évènements simultanés. Nous avons gardé une marge de sécurité importante, parce que vous le savez, une attaque terroriste, on sait comment ça commence, pas comment ça finit et surtout jusqu’où cela peut aller. On a eu 100 % de volontaires, c’est-à-dire que l’activité de jour de l’hôpital a été rétablie la nuit par des volontaires. C’est une mobilisation très importante. […] Certains ne sont d’ailleurs pas revenus dans leur bloc ou leur hôpital, ils sont allés plus près de chez eux aider des équipes déjà très sollicitées. Tout cela montre que réfléchir à une seule assistance publique, la possibilité de travailler à divers endroits, de se connaître, d’échanger des techniques, d’avoir les mêmes façons de faire est une réalité qui dans des circonstances exceptionnelles est particulièrement performante et surtout adaptée à la situation. » 

Au sein des hôpitaux, l’articulation entre les équipes et le professionnalisme de chacun a été la clé de l’organisation en urgence. Le docteur Matthieu Legrand, du département anesthésie-réanimation de l’hôpital Saint-Louis, relate qu’« assez rapidement, les choses se sont organisées pour qu’il y ait une équipe dédiée par patient en urgence vitale. Mon rôle était de faire en sorte que les équipes s’articulent, car chaque équipe était concentrée sur son patient. Les personnels se sont très vite mobilisés et le professionnalisme déployé face à des blessures auxquelles nous ne sommes pas habitués. […] Nous avons pu sauver les malades car nous avons pu les prendre en charge très rapidement », et cela même si des « moments de flottement ont bien sûr eu lieu ».

Parmi les équipes, certains ont eu des rôles pivots, comme Nathalie Nion, cadre de santé : « un cadre posté au réveil, des cadres aux urgences, des cadres en binôme avec le coordonnateur médical. Ces personnes pivots étaient les seules interlocuteurs et donnaient des ordres. […] Les équipes ont ainsi parfaitement suivi ces coordonnateurs, quelle que soit la position qu’ils occupaient dans les différents postes, et ont appliqués les ordres qu’on leur donnait, même lorsqu’ils ne connaissaient pas la structure. » De telle sorte que, ce qu'en retient le professeur Jean-Paul Fontaine, du service des urgences de la Pitié-Sâlpétrière, est qu'un médecin urgentiste [...] a au coeur de son travail les mêmes raisonnements. Premièrement, [le patient] est-il "sévère" ou pas, deuxièmement, est-ce qu'il est stable ou pas. Une fois que j'ai répondu à cette question, je sais d'emblée dans quelle case je vais les gérer et la réponse que je dois apporter. Alors certes, vous êtes plus habitués à gérer un arrêt cardiaque qu'une plaie par balle. Mais finalement, si c'est grave, on fait les choses tout de suite, et on réoriente par la suite ».

Au-delà de l’organisation efficace des services, les propos tenus reflètent un esprit commun dans la fonction publique hospitalière : « On est dans le service public et on le porte bien » et désormais une fait , celui d'être « très fiers de ce que nous avons pu faire ensemble ».

Aller plus loin : 

 


ShareThis
Connexite Premium

Publicité