Imprimer

A la une

Vendredi 17 Avril 2015

4000 équivalents temps plein pour accompagner la réforme du collège

L'ennui, voilà l'ennemi ! Tel est, en substance, le message du gouvernement, par la voix de Myriam El Khomri, selon laquelle « l'ennui est souvent la première cause du décrochage. » Au collège, l'ennui semble venir d'une mauvaise appropriation des bases, aboutissant à un manque de motivation de l'élève. Le gouvernement a réaffirmé les objectifs et moyens de la réforme du collège à cet égard, face aux questions des sénateurs.

L'objectif est d'améliorer les acquis des élèves au collège. Selon les chiffres avancés par les parlementaires et le gouvernement, « en France, la proportion d'élèves ne maîtrisant pas les compétences de base en français est de 12 % en cours moyen 2e année et de 25 % en 3e. En mathématiques, cette proportion est de 9 % en CM2 et de 13 % en 3e ».

Le gouvernement propose de mieux inculquer les méthodes de travail aux élèves, avec 3 heures d'accompagnement par semaine en 6e, puis 1 heure par semaine dans les autres classes ainsi qu' « une marge de manoeuvre de 20 % du temps d'enseignement pour du travail en petit groupe, interdisciplinaire, les EPI, en libérant la capacité d'initiative des enseignants, en partant de ce qui marche sur le terrain. » À cet égard, le gouvernement compte mobiliser 4000 équivalents temps plein. Le gouvernement n'a pas précisé si ces emplois proviennent du recrutement de 60000 nouveaux enseignants, ou s'ils y sont adjoints.

La répartition hebdomadaire des heures de cours

Cette réforme ne se fera pas au détriment de l'apprentissage de certaines matières classiques au collège, notamment le latin, les classes européennes, l'allemand ou encore l'éducation civique, a affirmé le gouvernement.

Aller plus loin :

Les questions au gouvernement du 16 avril 2015

Lire également sur connexité.fr :

La réforme du collège adoptée par le CSE : savoirs fondamentaux, nouvelles compétences et accompagnement personnalisé

ShareThis
Connexite Premium

Publicité