Imprimer

A la une

Lundi 04 Aout 2014

"3 urgences : l'emploi, l'investissement, le pouvoir d'achat"

Le cap, c’est la réforme ! Le 1er août, le Premier ministre a annoncé les objectifs du gouvernement pour la rentrée, déclinés en « trois urgences : l’emploi, l’investissement et le pouvoir d’achat » soit les principaux facteurs de la croissance économique. Les moteurs de la croissance devront être trouvés dans le secteur privé, mais avec un fort soutien par les collectivités territoriales, hors le Pacte de responsabilité et de solidarité, dont les principales composantes ont été votées dans la loi de finances rectificatives.

Pour rendre 40 milliards d’euros de marges aux entreprises, le crédit d’impôt pour la compétitivité et l’emploi est le dispositif qui a le plus fait couler d’encre, mais le gouvernement annonce trois autres axes. L’emploi de catégories en difficulté, jeunes et seniors, est ciblé par la création ou le renforcement de dispositifs dédiés. L’apprentissage devrait être renforcé, ce qui imposera aux régions de s’investir plus dans le développement de cette porte vers l’emploi pour atteindre 500000 apprentis en 2017. La nouvelle taxe d’apprentissage, également votée dans la loi de finances rectificative pour 2014 devrait permettre de lancer un effet levier : les régions toucheront 56 % du produit de la nouvelle taxe et les personnes morales gestionnaires des centres de formation d’apprentis et des sections d’apprentissage en toucheront 21 %. Avec une répartition entre régions proportionnelle aux nombres d’apprentis par régions, les plus dynamiques bénéficieront d’une plus grande part du produit de la taxe. En d’autres termes, plus que de la compétitivité, le gouvernement instaure entre les régions une compétition à l’apprentissage avec à la clé un produit non négligeable (l’Île-de-France pourrait toucher plus de 237 millions d’euros à ce titre).

Les collectivités locales sont présentées comme des soutiens des politiques d’emploi mais plus comme des employeurs. Le succès relatif des emplois d’avenir et surtout les critiques de la Cour des comptes sur l’emploi territorial excluent que la réduction du chômage passe par une politique de recrutement massif.
Toutes les collectivités seront également invitées à poursuivre leurs efforts en matière d’investissement. Les comptes des collectivités révélés par la direction générale des finances publiques (DGFiP) témoignent pour l’exercice 2013, d’un fort dynamisme sur le front de l’investissement direct. Alors qu’en 2012, les sommes consacrées à l’investissement avaient progressé de 1,8 %, en 2013, la croissance de ces investissements frôlent les 5 %. Période préélectorale propice à ces investissements, l’année 2013 pourrait néanmoins être une exception tant le soutien à la formation brute de capital public fixe, qui nourrit en liquidités le secteur du bâtiment et des travaux publics, s’est accompagné d’un recul (de plus de 5 %) de la capacité d’autofinancement brute. Cette évolution est particulièrement nette pour les communes, qui ont le plus soutenu l’effort d’investissement local (8 % de hausse) au détriment de leur capacité d’autofinancement (-8 %). Avec les coupes budgétaires qui s’annoncent, et malgré l’ouverture d’une nouvelle période électorale pour les conseils généraux et régionaux, 2015 pourrait être l’année d’une baisse massive des investissements. La difficile lisibilité des réformes territoriales en cours, dont un nouvel volet sera présenté au Sénat dès la rentrée, pourrait être un frein à l’investissement : l’attente quant à la répartition des compétences pourrait peser lourd dans les définitions des besoins.

Seule annonce sûre, et dont le réalisme tient au dynamisme économique de la région plus que de la nouvelle forme administrative : le Grand Paris se renforcera comme acteur majeur de la croissance française.

Lire également :

La réforme de la taxe d’apprentissage

Aller plus loin :

La déclaration du Premier ministre

La présentation du Pacte de responsabilité et de solidarité

Les chiffres 2013 des collectivités locales – DGFiP

ShareThis
Connexite Premium

Publicité